Left Menu

Est-ce que les rejets de prélèvements sont un motif de refus de prêt ?

Si votre compte bancaire n’est pas suffisamment provisionné lorsqu’un prélèvement se présente (les fonds disponibles ne permettent pas d’honorer un paiement), alors la banque peut rejeter ce prélèvement. Motif : solde insuffisant. C’est le cas même si vos finances ne sont pas dans le rouge, mais que le paiement ferait basculer votre compte au-delà du découvert autorisé dans certaines banques. Cette situation entraîne des frais (frais de rejet) et une situation de blocage avec votre créancier (qui ne reçoit donc pas son argent). Les rejets de prélèvements sont-ils de plus un motif pour les banques pour vous refuser l’accord d’un prêt ? Non.

Rejets sur prélèvements bancaires

Les incidents de paiement ne sont pas bloquants pour obtenir un prêt bancaire

Avoir des rejets de virements ou de prélèvements, mais aussi des chèques refusés par manque de provision, ce n’est jamais bon. En effet, ces situations constituent pour les organismes financiers des incidents de paiement. En conséquence, en cas d’incident, il faut s’attendre à des sanctions et des frais. La meilleure solution, réagir, et vite.

Sachez que les banques ne sont pas tenues de vous informer en cas d’incident, ni de l’intention d’un rejet de prélèvement, ni de la décision effective du rejet. Voilà pourquoi, bien souvent, c’est en consultant votre compte que vous aurez la mauvaise surprise de découvrir le problème. Réagissez car si vous n’honorez pas le prélèvement, outre les frais bancaires (plafonnés par la loi à 20€), un incident peut vous mener à une inscription dans les fichiers privés de la banque concernée, voire même dans le fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP), en cas d'impayés relatifs à des échéances de crédit.

Un incident de paiement n’est en rien bloquant pour obtenir un prêt, à condition que celui-ci soit réglé, et qu’il ne constitue pas une habitude. En effet, pour vous accorder un prêt à la consommation, ou pour vous aider à financer un projet immobilier, une banque ne vous fera pas confiance si votre compte présente des incidents réguliers. De même, dans le cadre d’un regroupement de prêts, un organisme rachat de crédit ne pourra peut-être pas vous faire une proposition complète s’il estime que vous avez un profil « à risque ». La solution ? Anticiper.

Les solutions pour éviter les rejets de prélèvements

Pour éviter le phénomène d’engrenage, qui peut vous faire passer d’un simple incident de paiement à une interdiction bancaire lourde de conséquences, faites preuve d’anticipation.

  • Prévenez votre banquier et discutez avec lui des possibilités d’ajustement de votre découvert autorisé. Il est totalement possible de modifier à la hausse comme à la baisse le montant de votre découvert autorisé et ce pour une période donnée. Ainsi, si vous devez faire face à un problème financier ponctuel ou à un imprévu qui vous plonge dans le rouge, vous pourrez éviter les frais. Ce dialogue sera bien vu de la part de votre banquier, et prouvera votre bonne foi ;
  • Ajustez les moyens de paiement dont vous disposez selon vos besoins. Si vous avez tendance à être très dépensier, alors demandez une carte de paiement à autorisation systématique. Celle-ci ne fonctionnera que si le compte est suffisamment provisionné. Pensez également à préférer les cartes à débit immédiat. Avec le débit différé, vous aurez parfois tendance à oublier certaines dépenses, qui se rappelleront à vous au moment où elles seront prélevées… surprise !
  • Suivez votre compte de manière régulière. Désormais, la plupart des banques proposent des outils de suivi à distance de vos comptes. Vous pouvez consulter votre solde de manière très rapide, et même paramétrer des alertes personnalisables pour vous avertir en cas de problème. Utilisez ces services pour éviter les mauvaises surprises.

Si malgré tous ces conseils, les rejets de paiement et notamment les rejets de prélèvements se multiplient, entraînant une réticence de la part de la banque à vous octroyer un crédit, tout n’est pas perdu. Vous devrez alors envisager une solution plus complète, et mener une véritable restructuration de vos dettes, avec pourquoi pas un rachat de crédit.

appel gratuit 0 800 250 300