Left Menu

Rachat de crédit FICP

Mis en place en 1990, le Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) répertorie tous les incidents de remboursement des prêts octroyés aux particuliers. Bien qu’également géré par la Banque de France, il diffère du Fichier Central des Chèques (FCC), qui recense quant à lui les paiements sans provision (chèques ou paiements par cartes) susceptibles d’entraîner un interdit bancaire.

Avant de décider d’accepter votre demande de crédit, l’organisme prêteur consulte systématiquement ce fichier. Si votre nom y est inscrit, vous ne pourrez pas décrocher de prêt. Dans tous les cas, le fichage sur ces « listes rouges des mauvais payeurs », indicateur des risques potentiels pour chaque individu, représente un gros handicap pour accéder au crédit.

bon à savoir

Contrairement aux idées reçues, le rachat de crédit se présente alors comme une solution efficace. À l’inverse d'une inscription au FCC, qui interdit l’opération, être inscrit au FICP ne vous empêche pas d’accéder au rachat de crédit. Et aussitôt qu'il est finalisé, votre inscription au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers est radiée au lieu d’attendre le défichage automatique après 5 ans suivant la réglementation en vigueur concernant l’interdiction de crédit.

En effet, les organismes financiers comprennent que certains accidents de la vie peuvent entraîner de grosses difficultés financières : divorce, veuvage, départ à la retraite, licenciement, etc. Néanmoins, le fichage FICP limite le montant auquel vous pouvez prétendre, les prêteurs cherchant à limiter le risque à prendre. Il est donc possible que vous deviez vous contenter d’un regroupement partiel de vos dettes.

Si certains établissements exigent la régularisation préalable des dettes ayant entraîné votre fichage avant de vous apporter leur soutien, quelques établissements se sont spécialisés dans le « rachat de crédit FICP » ; vous avez donc de bonnes chances de dénicher une offre de regroupement de prêts adaptée à votre situation !

Mettre toutes les chances de votre côté

Pour constituer un dossier solide et trouver la meilleure formule, il est recommandé de vous faire accompagner par un professionnel comme un courtier ou un Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement. Grâce à l'expérience que lui confère son volume de dossiers, et via ses possibilités de négociation, il rassure les banques. Par ailleurs, par l’acceptation de votre dossier, il est considéré comme une garantie supplémentaire.
Ne vous attendez cependant pas à décrocher un taux d’intérêt des plus attractifs, ceux-ci étant logiquement réservés aux meilleurs dossiers.

Les conseils de Meilleurtauxsolutions

Rachat de crédit FICP propriétaire

Le rachat de crédit hypothécaire

Si vous êtes propriétaire immobilier, le fichage ne s’oppose pas à une restructuration, car votre bien immobilier, en fonction de sa valeur, est utilisable comme garantie. Vous êtes même les mieux lotis pour un défichage avant échéance grâce à cette garantie de solvabilité.

Toutefois, votre marge hypothécaire ne peut excéder 70 %. Concrètement, le total de vos dettes additionné aux frais du rachat doit être inférieur à 70 % de la valeur de votre bien immobilier (établi par expertise) ; en outre, votre taux d’endettement après le regroupement de prêts ne peut dépasser 35 % à 40 %.

Pour plaider votre cause auprès de vos créanciers et vous accompagner dans toutes vos démarches, le courtier est un partenaire de choix. Il veille à ce que le plan de restructuration proposé vous offre la meilleure sécurité. Il peut même vous conseiller une assurance de regroupement de crédits en cas de causes non intentionnelles (invalidité, chômage...) vous empêchant d’honorer vos mensualités.

Réfléchissez bien avant de procéder, car en cas de « récidive » d’impayé, vous risquez de perdre votre bien, voire plus. En effet, la réduction des mensualités résulte d’un taux d’intérêt plus avantageux, mais également d’un délai allongé. Or, un endettement plus long implique une majoration du montant à rembourser.

Par ailleurs, l’intervention obligatoire d’un notaire engendre des frais supplémentaires, sans compter l’assurance que les banques exigent généralement afin de limiter les risques de non-paiement.

La vente à réméré

En cas de refus par la banque, il vous reste encore une solution pour éviter la vente de votre bien : le réméré immobilier. Cette opération consiste pour un intermédiaire financier privé à acheter votre bien et à régler vos dettes. Vous perdez donc la propriété de votre bien, mais vous pouvez rester locataire durant une période convenue au départ avec l’investisseur (entre 6 mois et 5 ans). Et lorsque vous retrouvez des finances saines, vous avez un droit de préemption pour son rachat, à un prix également fixé d’un commun accord à la signature du contrat.

Dans la pratique, la mise en place d’un acte notarié est indispensable. L’investisseur verse le prix d’achat du bien au notaire ; celui-ci paie vos créanciers, ce qui entraîne votre radiation du FICP dans les trois mois. Le reste de l’argent est conservé à la Caisse des Dépôts et consignations. À la fin du délai de remboursement convenu, vous pouvez racheter votre bien, l’argent gardé à la CDC faisant office d’apport pour un nouvel emprunt immobilier. Sinon, vous devez libérer le logement afin que l’investisseur puisse en disposer librement. Le reste du fruit de la vente vous est alors restitué.

rachat de credit ficp

Rachat de crédit FICP locataire

Étant locataire, le fichage vous place en position défavorable du point de vue des prêteurs. En effet, n’ayant aucun bien immobilier à proposer en garantie, vous représentez un risque plus élevé. Comme les fournisseurs de crédits classiques, les établissements effectuant cette opération n’ont pas la possibilité de réponde aux demandes de financement d'un locataire connu de la Banque de France. Il existe cependant des solutions pouvant vous conduire à la sortie de ce fichage.

Négociation avec le créancier

Si vous êtes locataire inscrit au FICP, vous pouvez négocier avec l’établissement qui vous a fiché afin d’obtenir votre défichage. Pour cela, faites appel à un courtier ou adressez-vous directement à une banque ; en fonction de votre situation, un plan de financement peut vous être proposé. Muni de cette proposition, vous demandez à votre créancier initial de lever le fichage, ce qui vous permet de le rembourser et de clore ce dossier.

Aide de l’entourage

Si certains de vos proches sont propriétaires, ils peuvent vous aider à sortir de cette mauvaise passe en se portant caution hypothécaire d’un nouveau prêt destiné à solder vos dettes. Le cas le plus courant est celui de parents qui se portent caution pour le futur héritier de tout ou partie du bien. Toutefois, les parents doivent avoir conscience qu’en cas de défaut de paiement de votre part, ils risquent la saisie de leur bien.

Généralement, vous pouvez prétendre au maximum à l’équivalent de 70 % de la valeur du bien pour consolider tous vos crédits à la consommation (prêts personnels, prêts auto/moto, crédits renouvelables, découverts bancaires, retards de paiement, etc.). Ainsi, vous n’avez plus qu’un créancier, une dette unique, et vous ne devez plus rembourser qu’une mensualité à un taux unique et dont le montant est réduit grâce à l’allongement de la durée.

Alternativement, vos proches peuvent souscrire le nouvel emprunt à votre place afin de solder vos dettes en cours et vous retirer du FICP. Ainsi, vous pourrez contracter vous-même un prêt pour les rembourser à votre tour. Cette option est envisageable si vous avez au préalable déposé une demande de prêt refusée au motif du fichage FICP. En revanche, si votre loyer représente 50 % de vos revenus mensuels, l’accès à tout crédit supplémentaire vous est refusé, que vous soyez ou non fiché FICP.

Aide via l'intervention de la Banque de France

Une autre alternative consiste à saisir la Commission de surendettement au sein de la Banque de France. Outre sa mission de contrôle, cette institution a également pour rôle d’aider les consommateurs, notamment en étalant leur dette afin de les sortir du surendettement.

Aide des services sociaux

Enfin, tentez votre chance auprès des services sociaux dans le cadre du Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL). Certaines aides existent pour le remboursement de vos impayés de loyer, d’eau et d’électricité, de téléphone, etc.

appel gratuit 0 800 250 300