Left Menu

Assurance emprunteur lors d'un rachat de crédits

La souscription d’une assurance emprunteur lors d'un rachat de crédits n’est pas imposée par le Code de la consommation, qui régit ce type de montage financier. Mais dans la pratique, les organismes prêteurs peuvent conditionner leur acceptation du financement à la fourniture de cette protection. Particulièrement si le regroupement inclut un crédit immobilier, ou si le montant total des prêts à la consommation à regrouper est élevé, la souscription est fortement recommandée.

Par ailleurs, grâce à cette sûreté, le prêteur est plus enclin à octroyer le financement demandé, sur une plus longue période et à un taux plus avantageux.

Quelles garanties faut-il souscrire ?

L’assurance emprunteur d'un rachat de crédits a pour rôle de protéger la banque contre le risque de non-paiement, l’assureur prenant alors le relais de l’emprunteur. Elle offre également une sécurité à vous-même en tant que souscripteur, mais aussi à vos proches, en leur évitant d’hériter de vos dettes en cas de défaillance de votre part.

Par conséquent, elle couvre les aléas de la vie susceptibles de vous empêcher temporairement ou définitivement de vous acquitter de vos remboursements. Ce sont principalement :

  • le décès,
  • la perte d’autonomie totale et irréversible,
  • l’incapacité temporaire,
  • l’invalidité permanente totale,
  • et éventuellement la perte d’emploi.

En complément de l’assurance de regroupement de crédits, le prêteur peut réclamer une garantie supplémentaire destinée à prévenir le rejet de paiement de mensualité à cause d’un découvert bancaire, du surendettement ou de la faillite personnelle... Cette garantie peut prendre la forme d’une caution fournie par une société mutualiste ou par une personne physique, ou alors une caution hypothécaire. Dans ce cas, le fruit de la vente du bien concerné sert à payer le créancier.

Les détails pour chaque type de garanties

Certaines garanties sont obligatoires (décès, perte totale et irréversible d’autonomie), d’autres optionnelles (chômage).

Garantie décès

Si vous veniez à disparaître, vos héritiers n’ont pas à rembourser la banque ou quitter le domicile familial. L’assureur solde la dette auprès de l’établissement prêteur. Elle est obligatoire pour un emprunt immobilier ou un crédit d’un montant important.

Garantie décès-invalidité

Sans être systématiquement obligatoire, la garantie décès-invalidité couvre le risque de décès, mais également les situations qui vous placent en invalidité, vous empêchant de continuer à travailler normalement et de payer vos mensualités comme convenu.

Le prêteur exige que le contrat couvre au minimum 100 % du capital emprunté. Si vous avez contracté le prêt en couple, la couverture peut être de 100 %, répartie à 50/50 entre les 2 époux, ou supérieure à 100 %, avec une couverture intégrale pour chacun. Cette formule est évidemment plus onéreuse, mais en cas de décès de l’un des co-emprunteurs, l’intégralité du capital restant dû est payée à la banque, protégeant ainsi le survivant. Il est également possible d’opter pour d’autres répartitions en fonction des revenus de chaque co-emprunteur ; l’autre est alors protégé au mieux, sans que le surcoût sur les primes n’alourdisse trop les mensualités.

La prime associée peut être majorée si votre profil est considéré par l’assureur comme présentant un risque aggravé. C’est notamment le cas lorsque vous souffrez d’une maladie grave ou chronique au moment de demander votre regroupement.

Garantie décès-invalidité-incapacité temporaire de travail

Outre les risques précités, cette garantie vous couvre contre toute incapacité de travailler temporaire, par exemple lorsqu’une maladie ou un accident requiert une hospitalisation de longue durée.

Garantie perte d’emploi

L’assureur paie tout ou partie des mensualités dues pendant la période de chômage. Cette garantie facultative proposée exclusivement aux salariés est assortie d’une période de carence. Inutile pour des fonctionnaires, elle peut vous être d’un grand secours en cas d’inactivité sur une longue durée. Par ailleurs, elle ne s’applique pas en cas de licenciement pour faute grave ou démission.

Comment assurer son rachat de crédits ?

En général, la banque ou l’établissement financier qui accepte de restructurer vos dettes vous propose sa propre solution. Mais ce contrat de groupe n’est pas avantageux pour tous les profils d’emprunteurs. Aussi, grâce à la loi Lagarde et à la délégation d’assurance de prêt, vous êtes libre de souscrire une protection individuelle adaptée à votre situation et à vos besoins auprès de l’assureur de votre choix.

Pour vous aider dans cette recherche, il est recommandé de faire appel à un courtier spécialisé en assurance de rachat de crédits. Ce professionnel vous évite de faire vous-même le tour du marché pour mettre tous les prestataires en concurrence.

C’est lui qui fait le tri parmi les offres des principaux groupes d’assurances et son indépendance lui permet d’élaborer des formules sur mesure. Vous bénéficiez ainsi des conditions les plus attractives (taux, garanties, exclusions éventuelles, franchise…) afin de vous garantir une bonne couverture au meilleur prix.

Les conseillers Meilleurtauxsolutions.com sont à votre disposition à la fois pour vous dénicher les meilleures offres de restructuration et vous accompagner tout au long de leur mise en place, mais aussi pour négocier pour vous des options.

Dans tous les cas, le coût est intégré à l’offre de financement global et à la mensualité unique au même titre que les autres frais annexes. De cette manière, pas de mauvaises surprises, et la gestion de votre budget reste simple.

appel gratuit 0 800 250 300