Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les ménages ne sont pas à l’abri du risque de surendettement, malgré la résilience de leur pouvoir d’achat

 monnaie et caddie

Les ménages ne sont pas à l’abri du risque de surendettement, malgré la résilience de leur pouvoir d’achat. C’est du moins, le point de vue de Banque de France expliquant dans l’un de ses rapports les raisons l’incitant à encourager les Français à faire le nécessaire pour éviter de se trouver face à une situation aussi embarrassante.

À travers le dernier Observatoire Cetelem de la consommation, l’on apprend que cette année, la France peut se targuer d’être l’unique nation de l’Europe à entretenir un certain niveau d’optimisme concernant le pouvoir d’achat des ménages, malgré la persistance de la crise. Mieux encore, ce rapport indique que le nombre d’individus estimant que leurs possibilités de consommer se sont améliorées a augmenté de 13% par rapport en 2020.

Ainsi, tout indique que dans ce domaine, le moral est au plus haut pour les Français. Ce qui est d’ailleurs une bonne nouvelle selon Banque de France rappelant l’existence du surendettement à l’affût de la moindre ouverture pour se faufiler et semer la pagaille.

La vigilance est de mise selon Banque de France

Avec ce gain d’optimisme des Français quant à leur pouvoir d’achat, l’on pourrait dire que contrairement à ce que l’on pouvait s’y attendre, la crise sanitaire n’a pas trop impacté la santé financière et économique des ménages.

Toutefois, la vigilance est de mise selon Banque de France estimant que pour l’heure, personne n’est à l’abri du surendettement ciblant les ménages les plus modestes en s’acharnant sur les femmes élevant seules leurs enfants qui ont plus de risques que la moyenne nationale de se trouver dans cette situation.

Ainsi, la Banque centrale fait appel à la prudence en rappelant l’existence de solutions de refinancements destinées à retrouver ou à maintenir l’équilibre financier face à l’adversité. Dans ce sens, il serait utile de rappeler que le rachat de crédits figure en tête de liste des options les plus efficaces selon les analystes prenant en compte ses différents avantages pour la raison qu’il permet de :

  • Regrouper toutes les dettes (prêt immobilier et à la consommation, loyers impayés…) en un seul contrat ;
  • Bénéficier d’un délai prolongé de remboursement avec pour finalité de réduire les mensualités et d’améliorer le reste à vivre du client ;
  • Accéder à un découvert bancaire voire une somme supplémentaire.

Le risque est encore trop grand

Pour Banque de France, cet appel à la prudence n’est pas le fruit du hasard. Simplement parce que l’Institution est bien placée pour garder un œil sur les indicateurs pointant dans ce sens.

À commencer par le fait que bien qu’elle soit à peine perceptible, la tendance est à la baisse en ce qui concerne le pouvoir d’achat des ménages depuis 2020 en affichant un léger recul de 0,5% selon les données de l’Insee.

S’ajoutant à cela, la Banque centrale a aussi attiré l’attention sur les éléments à l’origine de cette résilience du pouvoir d’achat, alors que la crise sanitaire s’est aussi transformée en crise économique. Tout cela pour dire que cette forme d’équilibre pourrait bien être passagère étant donné qu’elle puise essentiellement sa force à travers les mesures gouvernementales destinées à soutenir la population face aux difficultés financières. À savoir :

  • Fonds de solidarité ;
  • Report d’échéances fiscales ;
  • Réduction des cotisations sociales ;
  • Rééchelonnement du crédit bancaire ;
  • Prise en charge du chômage partiel.

Et la liste est longue, mais Banque de France s’accorde à dire que ce sont là des dispositifs provisoires voués à disparaitre tôt ou tard et qui sont loin d’être suffisant pour sauvegarder l’activité économique.

appel gratuit 0 800 250 300