Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Différentes raisons expliquent le recul du nombre de dossiers de surendettement constaté l’année dernière

Couple argent

Dans l’une de ses dernières notes, Banque de France a attiré l’attention sur un sujet sensible pour les Français, le surendettement. Eh bien, pour leur plus grande surprise, l’Institution a fait savoir que, malgré la crise, ses services ont enregistré moins de dossiers que d’habitude en faisant état d’un recul non négligeable.

En 2020, alors que la crise battait son plein, le nombre de Français se trouvant dans une situation financière critique a considérablement diminué par rapport à une période ordinaire. Du moins, si l’on se réfère à un rapport récent de Banque de France mettant en exergue l’effondrement du nombre de dossiers de surendettement enregistré auprès de ses services pour cette saison.

Un aboutissement encourageant qui n’a pourtant pas manqué d’attirer la curiosité de certains analystes cherchant une explication plausible à cette situation quelque peu contradictoire. Une initiative leur permettant effectivement de découvrir que différentes raisons y ont joué leur rôle.

Le recul était au rendez-vous

Dans son rapport, Banque de France a souligné que :

  • Le crédit à la consommation représentait 37% de l’endettement global des Français ;
  • La part du prêt immobilier était élevée à 34% pour ne laisser que 29% à différentes formes de dettes.

Tout cela pour en venir au fait que, malgré le poids de la dette, le recul était au rendez-vous en 2020 en ce qui concerne le nombre de dossiers de surendettement affichant une chute considérable de 24% par rapport en 2019 pour 108 731 demandes soumises auprès des secrétariats des commissions de surendettement.

Une belle prouesse pour la saison qui a également enregistré un effondrement de 20% du côté du niveau d’endettement affichant un total estimé à 4,8 milliards d’euros pour l’ensemble des ménages surendettés dont la demande est jugée recevable.

Ainsi, la situation était plutôt encourageante l’année dernière pour de nombreux foyers. Toutefois, Banque de France a tenu à les mettre en garde évoquant dans une note :

La probabilité d’une reprise du surendettement dans le courant de l’année 2021.

Différents éléments y ont contribué

Vu les contextes, ce recul constaté en 2020 est contradictoire aux yeux de certains observateurs jugeant bon d’en découvrir les raisons. Et elles sont nombreuses selon ces analystes prenant en exemple l’efficacité du mécanisme de rachat de crédits pour ceux qui y ont eu recours ou encore en mettant en avant la part jouée par le pouvoir public et les banques. Dans ce sens, Banque de France a fait savoir dans son rapport que :

Les aides gouvernementales ont visé à pallier les difficultés financières des ménages ou à prévenir une remontée du surendettement.

Quant à ce qui concerne les établissements de crédit, il est mentionné que :

Ces derniers ont adopté une politique accommodante vis-à-vis de leurs clients sollicitant le report de certaines mensualités de remboursement.

S’ajoutant à cela, les experts de la Banque centrale ont également mis en exergue la contribution des périodes de confinement se manifestant à travers :

  • Les retards dans l’acheminement du courrier ;
  • La fermeture de nombreuses structures d’aide sociale ;
  • La réduction de la consommation pour la plupart des ménages faisant face à un changement brusque et radical de leur mode de vie.

Dans cette optique, il a été ainsi signalé que les plus fortes baisses étaient enregistrées entre mars à fin mai durant les premières restrictions, mais aussi durant le reconfinement d’octobre et de novembre.

appel gratuit 0 800 250 300