Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Le pouvoir d’achat des Français aurait fait une chute considérable en l’absence de filets de sécurité

billets euros dans un caddie

Après plusieurs années de tendance haussière avec une croissance relativement élevée en 2019, le pouvoir d’achat des Français a finalement fait machine arrière depuis l’apparition de la pandémie du coronavirus dans l’Hexagone. Un retournement de situation qui aurait pu être désastreux selon les membres du gouvernement mettant en exergue les éléments qui ont servi de coussins permettant d’amortir le coup.

La présentation du PLF (projet de loi de finances) 2021, fut l’occasion pour les pouvoirs publics de faire un état des lieux de l’évolution du pouvoir d’achat des ménages en cette période tumultueuse engendrée par les impacts de l’épidémie du Covid-19.

Ce qui a permis de découvrir qu’après le pic de croissance de l’année dernière, la tendance est désormais à la baisse pour la saison 2020. Un recul qu’Olivier Dussopt, ministre en charge du Budget a qualifié d’inédit, mais qui est aussi acceptable en prenant en compte le contexte actuel marqué par une crise à la fois sanitaire et économique.

Les impacts de la crise amortis

Selon les membres du gouvernement, la crise est pointée du doigt comme étant à l’origine de la baisse du pouvoir d’achat des ménages constatée cette année. Ce, en incitant les pouvoirs publics à déclarer l’état d’urgence sanitaire se manifestant à travers le confinement à l’origine d’un taux élevé de suppressions d’emploi ou de baisses d’activité.

Soit, une période difficile mettant à l’épreuve la majorité désormais en proie à la baisse, voire une perte de revenus en s’acharnant sur les foyers les plus endettés qui ont cependant une chance de limiter les dégâts en faisant appel aux rachats de crédits. Ces mécanismes permettant d’alléger le poids de la dette pour le ramener à un niveau inférieur à 33% et qui ont permis à de nombreux Français d’améliorer leur reste à vivre.

Mais il ne s’agit pas là de l’unique facteur amortissant les impacts de la crise sur le pouvoir d’achat selon Olivier Dussopt faisant essentiellement allusion à la mise en place du chômage partiel. Ce dispositif permettant aux actifs concernés de percevoir 80% de leur salaire avec lequel s’ajoutent :

  • Les aides à la rénovation énergétique des logements ;
  • Les primes à l’achat de véhicule propre ;
  • La revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire.

Le pire évité

À travers le PLF 2021, le gouvernement a fait savoir que cette année, le PIB, cet indicateur permettant de mesurer la capacité de production des richesses, a fait une chute considérable de 11%. Une manière pour l’exécutif de faire remarquer que théoriquement, le pouvoir d’achat aurait dû suivre cette tendance et s’effondrer d’une façon aussi drastique.

Mais puisque son écroulement a été amorti par différents éléments, l’on serait tenté de dire que les Français ont évité le pire étant donné que la baisse enregistrée est de 0,5%. Une grande première toutefois selon Olivier Dussopt soulignant qu’il s’agit d’une grande première après la croissance de :

  • 2,1% enregistrée en 2019 ;
  • 1,3% en 2018 ;
  • 1,7% en 2017.

Des aboutissements encourageants essentiellement portés par les allègements fiscaux mis en place en leur faveur.

appel gratuit 0 800 250 300