Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les ménages les plus endettés ont désormais intérêt à trouver une solution permettant d’alléger leur taux d’endettement

ménages endettés

Dans l’Hexagone, nombreux sont les ménages à s’attacher à plusieurs contrats de prêt bancaire sans avoir trop de soucis à se faire quant à leur capacité de remboursement ou leur reste à vivre. Du moins, jusqu’à ce que l’épidémie du coronavirus ne fasse son apparition sur le territoire et engendrer des problèmes financiers sur son passage et semer l’inquiétude.

Dans le cadre d’une étude récente, Elabe et Odoxa ont effectué un sondage auprès des Français. Leur objectif, recueillir le sentiment de ces derniers par rapport aux éventuels impacts de la deuxième vague de confinement sur leur situation financière.

Le résultat est unanime, l’inquiétude gagne la majorité prenant en compte les effets du chômage partiel, de la baisse d’activité ou de la perte d’emploi sur leur budget. Une crainte d’autant plus accentuée auprès des ménages les plus endettés qui se doivent désormais de jongler entre la baisse des revenus et le poids des charges. Une posture les exposant dangereusement au surendettement, mais qu’ils peuvent encore éviter.

L’équilibre financier peut encore se rétablir

À travers ce sondage, Odoxa et Elabe ont découvert que pour la majorité des Français, le reconfinement est synonyme de difficultés financières à court et à moyen terme étant donné que cette mesure impacte directement leur vie professionnelle. Dans cette optique, Elabe a d’ailleurs fait savoir dans son rapport que 58% des répondants n’ont pas hésité à montrer leur inquiétude.

Dans le lot, une bonne partie d’entre eux (deux sur dix) est même très inquiétée selon cette note précisant que cette situation concerne une catégorie précise de ménages. Ceux qui cumulent plusieurs contrats d’emprunt à la fois et qui peinent désormais à joindre les deux bouts.

Ce qui porte d’ailleurs à croire que ces derniers se trouvent actuellement dans une position critique les exposant dangereusement au risque de surendettement. Du moins, si rien n’est fait pour rectifier le tir.

Dans ce sens, les économistes s’accordent à dire que le recours au mécanisme de rachats de crédits est la solution la plus pertinente. Ce, pour la simple raison qu’il permet de faire d’une pierre, deux à trois coups en permettant de :

  • Alléger le montant des mensualités ;
  • Ramener le taux d’endettement à un niveau supportable ;
  • Améliorer le reste à vivre de l’emprunteur.

Ainsi, il serait utile de rappeler que ce système permet de regrouper tous les prêts en un seul contrat. Mieux encore, il est même en mesure d’englober d’autres formes de dettes impayées à l’instar de la facture d’eau et d’électricité ou encore du loyer.

Deuxième vague rime avec crise économique majeure pour beaucoup

Comme susmentionnés, les ménages sont bien nombreux à craindre le pire concernant leur situation financière. Et ce n’est pas faute de le croire puisque seul 1 répondant sur 10 au sondage d’Odoxa a fait preuve d’enthousiasme quant à l’avenir économique de la France.

Pour le reste, c’est une autre paire de manches. Ce, étant donné que 7 sur 10 d’entre eux n’ont pas hésité à montrer leur pessimisme en s’attendant au pire avec une économie plongée dans la crise sur une longue période au niveau mondial.

Quoi qu’il en soit, l’on pourrait croire que pour les Français la priorité serait plutôt de se préoccuper de la santé. Pour le dire, il suffit de prendre en compte le fait que seul un tiers des individus interrogés ont avoué que les efforts du gouvernement devraient être concentrés sur la relance économique et l’emploi.

appel gratuit 0 800 250 300