Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

La saison 2020 n’était pas la meilleure ni la pire histoire de l’immobilier

gestion de l'immobilier

Avec la montée en force de l’épidémie du coronavirus engendrant une crise à la fois sanitaire et économique, l’on serait tenté de penser que l’état de santé du secteur immobilier tricolore serait fortement impacté. Mais ce serait faute de le croire si l’on croit un rapport récent des professionnels du domaine.

L’Institut notarial de droit immobilier du Conseil supérieur du notariat a récemment rendu public un rapport concernant l’évolution du marché immobilier tricolore sur la période de 2020. L’occasion qui a permis à l’organisme de démontrer que contrairement à ce que l’on pouvait croire, cette période d’exercice n’était pas aussi décevante, malgré le ralentissement économique et l’arrêt des activités lié aux confinements.

Une manière pour les notaires de dire que le secteur a fait preuve d’une résilience particulière face à la crise en précisant que cette résistance n’est pas fortuite étant donné que le système a su profiter de différents leviers pour garantir son équilibre.

Le secteur a fait preuve de résilience

Avec la crise sanitaire et ses conséquences, nombreux sont les analystes à penser que l’immobilier ferait partie des nombreux secteurs à se trouver dans une mauvaise passe. Mais il faut croire que ce serait faute de le croire si l’on tient compte du dernier rapport de l’Institut notarial de droit immobilier du Conseil supérieur du notariat démontrant que la filière a fait preuve d’une résilience particulière.

Comme preuve, l’organisme s’est référé au nombre de transactions effectué en ces temps difficiles en faisant valoir que le système n’a enregistré qu’une baisse annuelle de 5 % comparé en 2019. Ce qui serait une excellente nouvelle pour le système étant donné que cette prouesse n’est pas si éloignée du niveau record établi l’année dernière pour permettre à Frédéric Violeau, président de l’Institut notarial de dire que :

On devrait atteindre 970 000 à 980 000 transactions en 2020.

Frédéric Violeau

Mieux encore, cette bonne tenue s’est accompagnée d’une tendance haussière des prix dans l’ancien avec une évolution comprise entre 6,1 % et 14 % avec la région ouest de la France en tête de liste des marchés les plus dynamiques.

Un marché soutenu par différents leviers

Selon les notaires, cette résistance particulière du marché immobilier n’est pas le fruit du hasard. Simplement parce que le secteur est soutenu par différents leviers en commençant par l’accès facile au prêt habitat ou au rachat de crédits permettant aux ménages de mener à bien leur projet.

Et puisqu’il est question de ces derniers, ces experts ont souligné que l’engouement des Français pour ce type de placement y est aussi pour beaucoup étant donné qu’en ces temps de crise, ces derniers y voient une valeur refuge.

S’ajoutant à cela, ces spécialistes ont également démontré que la faculté d’adaptation du système face aux mesures de confinement a aussi joué un rôle déterminant en faisant essentiellement allusion aux visites en 3D, aux offices de notaires qui sont restés ouverts ou encore au recours à la signature des actes de vente à distance. Après tout, il faut souligner que les déménagements étaient aussi autorisés même durant les périodes de restriction des déplacements.

Soit, autant d’éléments permettant aux analystes de dire que l’immobilier s’est construit un monde où l’état de santé de l’économie n’a vraiment plus son emprise sur le système.

appel gratuit 0 800 250 300