Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les ménages les plus endettés devraient redoubler de vigilance pour éviter les problèmes de remboursement

un homme en train de gérer ses finances

UFC-Que choisir et La Banque de France, voilà deux entités différentes prédisant un futur quelque peu tumultueux pour les ménages les plus endettés. Ce, en faisant valoir que pour ces derniers, il y a de fortes chances que la situation financière et économique puisse se détériorer dans l’optique où rien n’est fait pour éviter le pire.

Figurant en tête de liste des catégories de la population à subir de plein fouet le poids de la crise sanitaire et économique sur leur budget, les ménages rattachés à plusieurs types d’emprunts sont désormais exposés à un problème majeur. Celui qui devrait se manifester essentiellement à travers les difficultés à rembourser leurs prêts et qui pourrait les conduire à faire face au surendettement.

C’est du moins, l’avis de Banque de France et d’UFC-Que choisir mettant en exergue les indicateurs pointant dans ce sens. Une situation quelque peu embarrassante que les individus concernés pourraient cependant éviter en prenant les devants.

Le pire peut être évité

Selon les experts en prêts bancaires, il existe différentes parades permettant aux ménages croulant sous le poids de la dette d’améliorer leur situation financière en période difficile et d’éviter les risques de surendettement ou de défauts de remboursement. Toutefois, ils s’accordent à dire que le rachat de crédits est le plus efficace parmi ces solutions.

Ainsi, ils estiment qu’il serait plus judicieux de concentrer les efforts sur ce mécanisme visant à réunir ou à solder les différents emprunts en un seul crédit avec pour objectif de :

  • Rétablir l’équilibre financier ;
  • Améliorer le reste à vivre.

Tout cela parce que cette option a pour avantage de faire profiter de plusieurs avantages en :

  • Ramenant le taux d’endettement en dessous des 33% recommandés ;
  • Réduisant la mensualité par l’allongement de la durée de remboursement ;
  • Diminuant le taux d’intérêt.

Soit autant de points positifs avec lesquels s’ajoute la possibilité d’inclure dans le système d’autres dettes comme le retard d’impôt, le loyer impayé ou le découvert bancaire.

Il est temps d’y penser

Selon experts, il est temps pour les foyers alourdis par le poids des dettes de penser à franchir le pas dans l’adoption de cette mesure destinée à améliorer leur reste à vivre et leur situation financière. Ce, pour la simple raison qu’avec cette crise sanitaire et économique qui persiste, ils se retrouvent désormais en tête de liste des plus exposés au risque de surendettement ou de défaut de remboursement.

Dans le premier cas, Banque de France a ainsi fait savoir que la tendance est d’ores et déjà à la hausse en ce qui concerne les demandes de report des mensualités. Une manière pour l’institution de dire que le nombre de dossiers de surendettement ne manquerait pas de suivre le rythme en précisant que la montée en force du taux de chômage attendue en 2021 y jouera un rôle majeur.

Un point de vue partagé par UFC-Que choisir mettant en exergue l’impact de la baisse de 10,4% des revenus des ménages enregistrés au deuxième semestre de 2020. Celui qui, selon l’organisme, devrait porter à la hausse le taux de défaut de remboursement en prenant en exemple le cas des crédits à la consommation qui devrait enregistrer une croissance de 2,7% pour cette nouvelle saison.

appel gratuit 0 800 250 300