Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les primo-accédants ont désormais plus de chance de mener à bien leur projet immobilier, grâce à une nouvelle décision du HCSF

un couple de primo accédant

Le temps est révolu où devenir propriétaire relevait d’un vrai parcours du combattant pour les primo-accédants. Ce, pour la simple raison que le Haut Conseil de stabilité financière a décidé de leur faciliter la tâche en mettant en leur portée un outil qui devrait leur permettre d’y parvenir dans les meilleures conditions.

Que ce soit à travers les prêts immobiliers ou les rachats de crédits, ces services bancaires jouent un rôle majeur dans la vie des Français qui souhaitent acquérir une maison ou un appartement. Du moins, pour ceux qui peuvent compter sur ces offres pour mener à bien leur dessein.

Pour les autres, c’est une autre paire de manches notamment depuis que le Haut Conseil de stabilité financière a décidé de renforcer les conditions d’octroi qui en sont liées. Entendons par là les primo-accédants qui, à cause de ce durcissement, ont vu leur chance s’amenuiser.

Une situation qui est désormais rétablie si l’on croit la décision dernière en date du HCSF.

Une partie de la population écartée

Avec la tendance haussière du poids des dettes immobilières sur la situation financière des ménages, le HCSF avait décidé que les conditions d’octroi de ce type d’emprunt devaient être durcies afin d’éviter le pire qui serait de voir la montée en force des défaillances de remboursement et des cas de surendettement.

Ce qui est chose faite sauf que cette décision a fini par écarter une partie de la population selon Maëlle Bernier, notre porte-parole s’exprimant en ces termes :

On avait des emprunts accordés à des gens qui avaient de l’argent, de l’épargne, les plus âgés de 40-45 ans.

Maëlle Bernier

Et d’ajouter :

Mais sur les primo-accédants, ça coinçait. On avait des primo-accédants qui étaient sortis du marché, y compris des jeunes fonctionnaires. J’ai vu des dossiers arrêtés parce qu’ils étaient à 34,5% d’endettement alors qu’ils avaient tous les deux la stabilité de l’emploi. Mais sur les primo-accédants, ça coinçait.

Maëlle Bernier

Le HCSF a rectifié le tir

Conscient des impacts de sa décision sur les primo-accédants, le Haut Conseil a jugé utile de rectifier le tir.

Ainsi, il serait nécessaire de rappeler que dans le cadre de sa stratégie de durcissement des conditions, le Haut Conseil a décidé de :

  • Ramener à 33% le taux d’endettement immobilier des ménages ;
  • Limiter à 25 ans la durée de l’emprunt.

Deux points majeurs qui ont été récemment assouplis étant donné que le taux d’endettement est passé à 35% et que les emprunteurs peuvent disposer de 2 ans de plus pour rembourser leur dette. Une bonne nouvelle pour les Français notamment pour ceux qui n’ont pas ou peu d’épargne dans l’optique où ces changements permettent :

  • D’alléger le poids des mensualités ;
  • De revoir à la hausse le montant de l’emprunt.

Pour illustrer, on pourrait prendre en exemple le cas d’un couple qui gagne 3 000 euros nets par mois peut obtenir 12 000 euros de plus avec un taux d’endettement de 35% associé à coût d’emprunt de 1,10% sur une période de remboursement de 20%.

appel gratuit 0 800 250 300