Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les Français rivalisent d’idées pour pallier les difficultés financières engendrées par la baisse de leur pouvoir d’achat

une femme qui fait ses comptes

Motivé par l’envie de mesurer les impacts de la crise sanitaire sur le pouvoir d’achat des ménages, l’entreprise Meelo a mené une enquête en ligne auprès des Français en septembre dernier. Une initiative lui permettant de découvrir que la situation n’est pas au beau fixe pour la majorité désormais obligée d’adopter différentes solutions pour rectifier le tir.

Missionné par Meelo, le cabinet d’étude Diffusis France a choisi la période du 14 au 18 septembre 2020 pour effectuer un sondage en ligne auprès des Français de plus de 18 ans en concentrant ses efforts sur l’évolution de la consommation, le pouvoir d’achat et la capacité de remboursement.

À travers les résultats de cette enquête, l’on découvre ainsi que les ménages rivalisent d’idées pour garder l’équilibre sur leur budget si ce n’est que d’énumérer le recours au rachat de crédits, aux prêts bancaires ou encore au paiement fractionné. Une raison suffisante pour dire que ces derniers traversent actuellement une mauvaise passe se manifestant à travers différents indicateurs mis en exergue dans le rapport récemment publié par Meelo.

Les Français jouent la carte de la prudence

Les Français jouent la carte de la prudence, il s’agit là de l’un des points culminants que l’on pourrait tirer de ce baromètre Meelo. Ce qui explique en outre leur penchant pour la recherche de solutions permettant de pallier leurs difficultés financières. Dans ce sens le paiement fractionné demeure en tête de liste des options les plus plébiscitées en séduisant les répondants au sondage à hauteur de :

  • 48% pour ceux qui y voient un outil permettant d’améliorer leur pouvoir d’achat ;
  • 20% pour accéder à des achats plus coûteux ;
  • 14,3% pour avoir l’impression de dépenser moins ;
  • 38% pour acheter du matériel multimédia ;
  • 31% pour des articles relatifs à la maison.

Viennent ensuite les emprunts bancaires pour 25,8% des interrogés pensant à cette solution pour couvrir leurs dépenses si le rachat de crédits est sollicité par le quart des répondants sans parler des 7% obligés d’effectuer un dépôt de dossier de surendettement auprès de Banque de France.

Dans la même foulée, Diffusis France a aussi découvert que le report ou l’aménagement des prêts est aussi de la partie en attirant :

  • 17,8% des propriétaires concernant leur crédit immobilier ;
  • 15,5 % de l’ensemble des répondants pour les prêts à la consommation ;
  • 14,20% pour les crédits automobiles.

Motivés par des difficultés financières

Il va sans dire que pour les Français, le choix de recourir à ces différentes solutions est essentiellement porté par la recherche d’équilibre budgétaire face à la baisse du pouvoir d’achat constatée depuis le début de la crise. Une situation qui a permis à Laurent Kocinsky, fondateur de Meelo de dire que :

La période actuelle est source de tensions financières et de craintes fortes concernant le budget des ménages.

Laurent Kocinsky

Pour le dire, il suffit de porter un regard sur ce rapport mettant en exergue les différents indicateurs pointant dans ce sens se manifestant essentiellement à travers les difficultés rencontrées par les propriétaires et les locataires en matière de remboursement des prêts immobiliers ou de paiement des loyers. Dans cette optique :

  • 63% des locataires ont indiqué éprouver des difficultés pour payer leur loyer ;
  • 21% des locataires ont avoué que la situation risque de devenir difficile ;
  • 51% des propriétaires essaient encore de rembourser leurs prêts immobiliers ;
  • 32% des propriétaires ne peuvent plus honorer le remboursement de leur prêt immobilier.

Des raisons suffisantes pour dire que la situation est quelque peu inquiétante pour les ménages. Ce, en notant qu’elle le serait davantage avec le niveau de risque de surendettement qui a progressé d’une manière considérable étant donné qu’il pourrait concerner 7% des individus interrogés, alors que ce taux était seulement de 2,1% quelques mois auparavant.

appel gratuit 0 800 250 300