Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Le taux de détention des crédits des ménages est toujours à la baisse

monnaie

Peu de temps avant l’apparition du coronavirus dans l’Hexagone, l’Observatoire des Crédits aux Ménages (OCM) avait prévu qu’en 2020, le taux de détention des prêts des Français retrouverait du poil de la bête. Mais il faut dire que l’agence s’est fourvoyée non pas sans raisons étant donné que la crise a bien fait de chambouler l’ordre de beaucoup de choses.

Dans sa 32ème édition publiée à la date du 29 janvier de l’année dernière, l’OCM a annoncé qu’après le léger recul enregistré en 2019, le taux de détention de crédits pourrait retrouver son dynamisme.

Mais il suffit de porter un regard sur le 33ème volet de l’Observatoire des Crédits aux Ménages pour découvrir que la baisse était encore au rendez-vous pour la troisième année consécutive depuis 2018.

Plus encore, les auteurs de ce rapport estiment que le système devrait continuer dans cette voie sur la période d’exercice de 2021 en précisant cependant que cette tendance baissière s’est accompagnée d’une légère amélioration de la santé financière des prêteurs.

Les Français sont moins enclins à emprunter

Dans la 32ème édition de l’Observatoire des Crédits aux Ménages, l’OCM a fait savoir que :

Le taux de détention des crédits par les ménages recule légèrement en 2019. Toutefois, le sentiment d’une nette amélioration de leur situation financière et budgétaire laisse présager un redressement des intentions de crédits immobiliers pour 2020.

Mais comme susmentionnée, la 33ème édition a donné preuve du contraire en révélant que le taux de détention des crédits s’est retrouvé à 46,5% l’année dernière après les 47,4% de 2019 et les 47,8% de 2018.

Ainsi, la tendance est à la baisse depuis trois ans et pour une année encore si l’on croit les auteurs de ce rapport annonçant que :

Les intentions d’emprunt via un nouveau crédit sont toujours à la baisse en cette nouvelle année 2021.

Quoi qu’il en soit, l’OCM a tenu à préciser que le prêt immobilier est à l’abri de ce penchant notamment, grâce au niveau bas des intérêts et à l’assouplissement des conditions d’octroi. Avec des preuves à l’appui, l’Observatoire a ainsi démontré qu’en 2020 le taux de détention de crédit immobilier a atteint son plus haut niveau avec 31,4% de ménages à son actif après les 31,1% de 2019.

Mieux encore, cette note a fait savoir qu’en atteignant la barre des 24,2% (23,6% en 2019), la part des primo-accédants a affiché un record historique jamais enregistré depuis 25 ans.

Le poids de la dette allégé

Dans cette 33ème édition, l’Observatoire des Crédits aux Ménages ne s’est pas contenté de démontrer que le taux de détention des prêts est sur une pente baissière depuis 2018. L’OCM a aussi profité de l’occasion pour toucher un mot sur la santé financière des foyers rattachés à un ou plusieurs crédits.

Ainsi, cette note a fait savoir que le poids de la dette est de plus en plus supportable pour ces derniers qui peuvent compter sur différents facteurs pour alléger leur fardeau. À savoir :

  • Les opérations de renégociations et de rachats de crédits ;
  • Les conditions de financement prenant davantage compte du reste à vivre et du taux d’endettement.

Pour étayer ces dires, ce rapport a ainsi fait savoir qu’en 2019, 86% des ménages emprunteurs jugeaient acceptables les charges liées au remboursement de leur emprunt. Une part qui n’a fait que s’améliorer l’année dernière selon un passage de cette note précisant que :

En 2020, 88,7% des ménages détenant des crédits estiment que leurs charges de remboursement sont supportables.
appel gratuit 0 800 250 300