Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

L’explosion du prix immobilier canadien constatée en 2020 n’est pas sans impacts négatifs

maisonnettes

Au Canada, la saison 2020 était quelque peu différente des précédentes en ce qui concerne le marché immobilier. C’est durant cette période que le secteur a enregistré l’une des plus fortes hausses tarifaires de son histoire. Une explosion qui s’est accompagnée de certains signes que les analystes pourraient qualifier d’inquiétants.

Un vrai parcours du combattant, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier l’accès à la propriété pour les Canadiens en 2020. Pour s’en convaincre, il suffit de porter un regard sur la tendance haussière des prix détectée durant cette période.

Dans son rapport, l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec a même fait état d’une flambée en annonçant une croissance moyenne à deux chiffres en mettant l’accent sur la métropole de Montréal.

Ce qui est certes une bonne nouvelle pour les acteurs du domaine selon les observateurs mettant cependant en exergue les indicateurs portant à croire que les impacts sont plutôt inquiétants notamment pour les acquéreurs.

Le prix de l’immobilier a pratiquement explosé

Au Canada, l’on s’accorde à dire que le prix de l’immobilier a pratiquement explosé en affichant une moyenne de croissance annuelle estimée à 20% selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec.

Prenant en exemple le cas pour une maison unifamiliale située dans la région métropolitaine de Montréal l’organisme a même fait état d’un accroissement moyen de 28%. Soit, 100 000 dollars de plus par rapport en 2019 pour afficher un prix médian estimé à 460 000 dollars.

Tout cela pour en venir au fait que c’est dans cette grande métropole que la tendance est la plus accentuée et où l’on peut d’ailleurs constater que le coût d’une maison ordinaire touche parfois la barre de 1 million de dollars. Un niveau historique selon l’Association ajoutant dans la liste les propriétés de luxe dépassant largement ce seuil.

Ainsi, tout indique que la tendance est à la hausse pour toutes les catégories de logements en 2020. Toutefois, force est de constater que cette situation ne semble pas freiner les acquéreurs si ce n’est que de se référer à la performance de l’expert immobilier JLR enregistrant un bond de 50% dans la vente de maisons de luxe.

Des répercussions inquiétantes ont accompagné cette performance

Il va sans dire que cette croissance des prix n’est pas pour enlever le sourire aux professionnels immobiliers canadiens qui peuvent d’ailleurs se targuer d’enregistrer une belle performance pour la saison écoulée. Ce qui ne serait évidemment pas le cas pour les acquéreurs selon les observateurs constatant des répercussions inquiétantes.

À commencer par la Banque du Canada observant une hausse du niveau des risques de surendettement face à l’explosion des recours aux prêts hypothécaires résidentiels affichant une croissance de :

  • 20% pour les dispositifs de rachats de crédits ;
  • 33% pour les nouveaux prêts hypothécaires.

Dans la foulée, les analystes notent également parmi les impacts une baisse du pouvoir d’achat immobilier des Canadiens accentuée par l’accroissement tarifaire. À un courtier d’ajouter :

Des clients ont dorénavant moins de chance d’acheter qu’avant la pandémie. Si un client se qualifiait pour 350 000 dollars, il n’y a pas d’inventaire présentement sur le marché. Ce qu’il se magasinait est probablement à 400 000 dollars ou 450 000, et là, il ne se qualifiera pas pour cette propriété.

Ce qui ramène les observateurs à conclure que cette situation a bien fait d’accentuer les inégalités de l’accès à la propriété en mettant sur la touche les jeunes et les moins nantis pour inciter un responsable à la Banque de Montréal à dire que :

Les décideurs doivent agir immédiatement, d’une quelconque façon, pour remédier à la situation des prix de l’immobilier avant que le marché ne soit exposé à des conséquences plus graves.
appel gratuit 0 800 250 300