Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les entreprises les plus en difficulté financière pourront profiter d’un dispositif spécifique pour les accompagner dans la relance

calculs

Avec la sortie de crise, l’heure de la relance a sonné pour la fibre économique, les entreprises. Seulement, force est de constater que certaines d’entre elles éprouvent des difficultés à retrouver leur marque que pour les aider, le gouvernement, épaulé par différents acteurs, a mis sur pied un nouveau dispositif.

Selon les estimations, 90 % des entreprises sont actuellement sorties de la crise notamment, grâce à une santé financière résiliente portée essentiellement par les dispositifs de soutien ou encore par le mécanisme de rachats de crédits permettant d’alléger le poids de leurs dettes.

Tout cela pour dire que pour les autres, la situation est plus compliquée expliquant le choix du gouvernement d’y apporter une attention particulière à travers la mise en place d’un nouveau dispositif pensé pour les aider à retrouver l’équilibre.

Une mesure qui a vu le jour, grâce à un « accord de place » entre le ministère de l’Économie et de la Justice ainsi que différents acteurs.

Différents acteurs se donnent la main pour soutenir les entreprises

Comme susmentionné, Bercy estime que 90 % des entreprises sont actuellement armée pour affronter la relance pour ainsi dire que pour les 10 % restants, endettement et difficultés financières sont encore au rendez-vous pour les empêcher de faire le pas vers la reprise. Ce, en notant que cette situation concerne principalement les filières les plus touchées par la crise à l’instar de la restauration, du tourisme ou du commerce. Soit :

  • Plusieurs centaines de TPE ;
  • Quelques dizaines de grosses PME et d’ETI.

Pour les soutenir, différents acteurs se sont donnés la main à travers un « Accord de place » en se fixant pour objectif de :

Faire passer un message psychologique aux chefs d'entreprise en leur assurant le soutien de tous les acteurs de la place.

Ainsi, il serait utile de préciser qu’ils sont bien nombreux à faire partie de la liste si ce n’est que d’énumérer la présence des tribunaux de commerce, de Banque de France, des commissaires aux comptes, des banques ou encore des experts comptables. Soit, autant de participants signant un pacte avec le ministère de l’Économie et ministère de la Justice pour donner le jour à un nouveau dispositif dédié à ces structures encore en difficulté.

Chacun des participants aura un rôle à jouer

Certes, les détails de ce nouveau dispositif ne sont pas encore dévoilés, mais l’on sait d’ores et déjà que chacun des participants à cet « Accord de place » aura un rôle à jouer dans ce nouveau dispositif d’accompagnement.

Du côté des tribunaux par exemple, une nouvelle procédure permettra aux entreprises endettées d’alléger le poids de leurs dettes, grâce à une prolongation du délai de remboursement désormais étalé sur 10 ans contre 3 ans en moyenne uniquement pour les structures de :

  • Moins de 20 salariés ;
  • Moins de 3 millions d'euros de dettes et qui n'avaient pas de difficulté avant la crise.

L’idée est ici d’encourager les dirigeants à passer par la case tribunal pour régler leur problème étant donné que cette option effraie la majorité d’entre eux.

Puisqu’il est essentiellement question de difficultés financières, tous les créanciers (fournisseurs, banques…) des TPE seront aussi de la liste, grâce au Codefi qui sera relancé pour organiser des rencontres entre les parties prenantes. Le but, trouver une issue favorable à travers un accord permettant de changer l’ordre de remboursement ou obtenir un sursis. Même issue pour les PME et les ETI sauf que pour ces dernières, il faudrait se tourner vers le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI).

Et la liste est longue, mais l’on peut y ajouter le fonds de transition de 3 milliards d'euros annoncé par le ministre de l’Économie précisant que dans un premier temps, le mécanisme de détection des entreprises en difficulté sera renforcé pour augmenter les chances de survie de ces dernières.

appel gratuit 0 800 250 300