Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Différents éléments portent à croire que les courbes du surendettement pourraient repartir à la hausse

contrat

En France, l’on pourrait dire que, dans certains cas, les impacts de la crise sanitaires étaient plutôt bénéfiques pour les ménages. Du moins, si l’on regarde du côté de leur santé financière qui a bien fait de montrer des signes encourageants si ce n’est que de prendre en compte l’effondrement du nombre de foyers en proie à la situation de surendettement.

En 2020, le nombre de surendettement a chuté de 24% par rapport en 2019. La raison est simple, les ménages ont eu pour avantage de profiter des bienfaits des dispositifs de soutien mis en place par le gouvernement qui se sont ajoutés au mécanisme de rachats de crédits permettant d’alléger le poids de leur dette.

Ainsi, tout indique que, malgré la crise, cette situation critique touchait moins de Français que sur la période d’avant. Une bonne nouvelle qui ne serait que passagère selon certains observateurs prenant en compte les éléments qui pourraient renverser la tendance en notant que l’augmentation attendue du taux de chômage y jouera un rôle majeur.

La tendance pourrait se renverser

Selon Banque de France, le recul du nombre de ménages surendettés n’est pas un phénomène nouveau étant donné qu’avant 2020, une chute de 38% est enregistrée sur la période de 2014 à 2019.

Tout cela pour dire que la tendance est à la baisse depuis des années sauf que pour différentes raisons, les analystes s’accordent à dire que l’on pourrait s’attendre à une tournure moins encourageante à l’avenir.

Ainsi, ces observateurs estiment que l’arrêt ou la réduction des aides de l’État pourrait servir de détonateur enclenchant l’augmentation du nombre d’entreprises défaillantes qui, à son tour, ramènera à la hausse le taux de chômage. À l’un de ces experts d’ajouter :

La situation de surendettement est fortement corrélée au chômage.

Pour trouver une explication à ce point de vue, il suffit de prendre en compte le fait que là où le taux de chômage est élevé, le nombre de ménages en situation de surendettement est élevé. Pour illustrer, l’on pourrait prendre en exemple le cas du Pas-de-Calais ou du Territoire de Belfort affichant respectivement :

  • 364 cas de surendettement pour 100 000 habitants et un taux de chômage de 8,6% ;
  • 343 cas de surendettement pour 100 000 habitants et un taux de 8,2%.

Soit, presque le double de celui enregistré à Lozère ou à Paris avec :

  • 108 habitants sur 100 000 en situation de surendettement à un taux de chômage de 4,7% ;
  • 110 habitants sur 100 000 en situation de surendettement à un taux de chômage de 5,5%.

La menace pèse principalement sur certaines catégories de la population

En concentrant leur regard sur le rapport de la Banque de France, les observateurs se sont aussi rendu compte que comme dans le passé, le risque de surendettement pèse principalement sur certaines catégories de la population en faisant allusion à ceux qui se trouvent dans une situation sociale et financière défavorable.

À commencer par les hébergés à titre gratuit et les locataires en prenant compte du fait que 85% d’entre eux sont surendettés par rapport au reste de la population. Et puisque cette situation est principalement liée au chômage, il est également facile de déduire que la majorité des concernés sont sans emplois avec un taux élevé à 51% (26% au chômage, 23% sans profession) contre 34% pour ceux qui exercent une activité. Et en y regardant de près, l’on se rend également compte qu’en tête de liste des plus exposés figurent :

  • Les personnes âgées de 35 à 54 ans ;
  • Les femmes avec enfants et les hommes seuls.
appel gratuit 0 800 250 300