Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Près de 10 millions de Français vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2018

 un couple en pleins calculs

Près de 10 millions de Français vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2018. Il s’agit là de l’enseignement majeur que l’on pourrait tirer du récent rapport de l'Insee démontrant que cette situation concerne essentiellement la majeure partie de la population composée de retraités et de ménages les moins aisés.

Selon l’Insee, l’évolution du niveau de vie des Français aurait fait du surplace depuis la crise financière de 2008 en affichant une croissance limitée à 1% en une décennie et encore moins à 0,3% en 2018.

Mais puisqu’il s’agit d’une moyenne générale, l’Institut a fait savoir que cet accroissement concerne essentiellement les ménages les plus aisés représentant une partie minoritaire (10%) de la population. Pour le reste, c’est une autre paire de manches en faisant face à une tendance baissière en notant toutefois que ce recul dont il fait l’objet est en partie trompe-l’œil en prenant compte d’un élément pointant dans ce sens.

Le recul pour la majorité

Selon les données de l’Insee, le niveau de vie des Français était sur une pente baissière sur la période de 2008 à 2018. Du moins, pour la majorité puisque cette situation ne concerne pas les plus riches enregistrant une croissance de 10% sur cette décennie avec une progression de 0,6% en 2018.

Tout cela pour dire que pour les autres, la baisse des revenus était au rendez-vous que pour essayer de joindre les deux bouts, ils sont nombreux à recourir aux emprunts bancaires si ceux qui sont déjà fortement endettés ont fait appel au rachat de crédits pour améliorer leur reste à vivre.

Dans cette optique, cette note a d’ailleurs montré que le niveau de vie des moins aisés a reculé de 2,8% en dix ans en s’acharnant essentiellement sur 10% d’entre eux en soulignant qu’en 2018, cette chute était de 1,6% en touchant 30% de cette catégorie sociale. Une situation qui concerne également les séniors selon ce rapport précisant que :

Le niveau de vie médian des retraités a diminué de 1,9 % en euros constants en 2018, pénalisé par la non-revalorisation des pensions servies par le régime général et par la hausse du taux de CSG prélevé.

Une grande première pour ces derniers qui, en parallèle, ont vu leur taux de pauvreté progresser de 1,1 point à 8,7% contre 0,7 point pour 14,8% des ménages.

La réalité est plus encourageante

En constatant ces données, l’on serait tenté de penser que la situation était désastreuse pour les ménages en 2018. Mais la réalité est plus encourageante si l’on croit certains analystes mettant en exergue un élément majeur faisant penser à cet aboutissement, le mode de calcul du niveau de vie adopté par l’Insee.

Selon eux, l’Institut aurait oublié de prendre en compte les conséquences de la réforme des allocations logement. Ce qui explique le fait qu’en 2018, la France a enregistré 9,3 millions d’individus vivant sous le seuil de la pauvreté avec un revenu mensuel inférieur à 1 063 euros.

La raison en est que l’organisme a introduit dans ses statistiques la baisse des subventions suite à cette mesure gouvernementale, alors que les dépenses liées aux loyers ont été largement compensées par l’accès au parc de logements sociaux.

À noter qu’en ce qui concerne les plus riches, l’Insee a tenu à faire savoir que ces derniers ont largement profité de la réforme de la taxation du capital en rajoutant que :

Ils ont davantage bénéficié de l'augmentation des revenus du patrimoine, portée par une forte hausse des dividendes reçus par les ménages, dans un contexte de fiscalité plus incitative avec la mise en place du prélèvement forfaitaire unique.
appel gratuit 0 800 250 300