Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Deux éléments majeurs ont contribué à la baisse du pouvoir d’achat immobilier des Français depuis la crise

calculs pouvoir d'achat

Maël Bernier, porte-parole de notre site a récemment répondu à l’invitation du quotidien Le Parisien qui s’est fixé pour objectif de dresser un état des lieux de l’évolution du marché immobilier tricolore depuis la crise. L’occasion pour cette experte de démontrer que, lesté par deux éléments majeurs, le pouvoir d’achat immobilier des Français a connu une légère baisse.

Directrice de la communication et porte-parole de notre site, Maël Bernier a profité de son passage au Parisien pour partager son point de vue concernant les effets de la crise sanitaire sur le marché immobilier dans l’Hexagone en concentrant son regard sur le pouvoir d’achat des Français.

C’est ce qui a permis à notre experte de faire valoir que dans ce domaine, la tendance est à la baisse en se manifestant à travers le recul du nombre de mètres carrés que les acquéreurs peuvent se procurer. Une situation qui trouve une explication en regardant du côté des prix et des taux affichant une légère hausse.

Quelques mètres carrés de moins qu’en temps normal

Profitant de son passage, Maël Bernier a fait savoir que depuis l’entrée en scène de l’épidémie du coronavirus en France, le pouvoir d’achat immobilier des ménages est sur une pente baissière. Pour arriver à cette conclusion, notre experte a effectué un comparatif du nombre de mètres carrés que les acquéreurs pouvaient se procurer sur la période d’avant et durant la crise.

Ainsi, en février, dans certaines villes comme Saint-Etienne où la hausse des prix a été relativement supportable, l’on constate qu’avec une mensualité de 800 euros liée à un prêt habitat, les Français pouvaient se procurer 161 m². Une superficie qui baisse à 101 m² dans les grandes agglomérations où les tarifs sont plus élevés, alors même que l’acheteur dispose d’une mensualité élevée à 1 500 euros.

Tout cela pour dire que quelques mois plus tard, en septembre, ce niveau s’est retrouvé respectivement à 150 m² et à 89 m² donnant la preuve qu’avec le même budget, les acheteurs ne peuvent se procurer qu’une surface limitée avec quelques mètres carrés de moins qu’en temps normal.

Hausse des prix et des taux d’intérêt pontés du doigt

Il va sans dire qu’à partir de février 2020, le pouvoir d’achat immobilier des Français s’est quelque peu effrité même s’ils peuvent recourir au prêt habitat ou aux rachats de crédits pour mener à bien leur projet. Et d’après Mme Bernier, deux éléments majeurs peuvent expliquer ce revirement particulier, les prix et les taux d’emprunt.

En ce qui concerne les tarifs, la porte-parole de Meilleurtaux a pris en exemple le cas des agglomérations où la croissance était moins effrayante en passant de 1043 euros/m² en février à 1 104 euros. Ce, en notant que ce penchant aurait tendance à se perpétuer dans la mesure où la demande demeure supérieure à l’offre étant donné que pour les Français, l’investissement immobilier est une valeur refuge permettant de faire face à l’adversité.

Pour ce qui est des taux d’intérêt, notre spécialiste a emprunté les données de Banque de France précisant qu’ils sont passés de 1,19% en février et mars derniers à 1,29% en juillet 2020 en précisant toutefois que, malgré cet accroissement, ce niveau reste relativement supportable pour les emprunteurs. Dans ce sens, Maël Bernier a d’ailleurs rajouter que :

Il n'y a pas de raison pour que les taux augmentent. Ils sont assez stables et cela devrait durer encore dans les prochains mois.

Maël Bernier

appel gratuit 0 800 250 300