Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

L’effondrement de l’offre aura pour conséquence une croissance significative du prix des logements neufs

logements neufs

L’effondrement de l’offre aura pour conséquence une croissance significative du prix des logements neufs. C’est du moins, ce que s’accordent à dire les professionnels du domaine à travers la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) mettant récemment en exergue les différents éléments permettant de tabler sur cet aboutissement quelque peu inquiétant.

Lors d’une récente conférence de presse, la FPI, cette fédération représentant les promoteurs immobiliers a fait part de ses inquiétudes concernant la filière du logement neuf en faisant valoir que depuis le début de la crise, ce secteur a vu ses principaux indicateurs de croissance plonger dans le vide.

Mais il ne s’agit là que d’un détail puisque l’organisme estime que le pire est à venir, malgré les aides gouvernementales destinées à permettre au système de retrouver de ses couleurs. Dans cette optique, la FPI estime en effet une hausse significative du prix qui serait essentiellement portée par l’effondrement de l’offre.

L’avenir de la filière logement neuf inquiète la FPI

Si l’on n’arrive pas à faire prendre conscience de la crise qui va toucher notre secteur, ce ne sera pas d’un plan de relance dont nous aurons besoin. Ce sera d’un plan de sauvetage.

C’est de cette manière qu’Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI résume l’inquiétude des promoteurs immobiliers en ce qui concerne l’avenir de la filière logement neuf.

Une façon pour la Fédération de dire que, le système s’expose encore à une crise, malgré le plan de relance du gouvernement lui accordant un budget de 100 milliards d’euros et les mesures lancées par le ministère du Logement en début septembre. Celles qui visent à prolonger jusqu’en 2022 la portée du dispositif fiscal d’investissement Pinel et du Prêt à Taux Zéro.

Et en y regardant de près, l’on constate que cette anxiété, les promoteurs tirent sa source dans l’éventualité d’une flambée de prix qui devrait s’afficher dans les mois à venir pour inciter Alexandra François-Cuxac à dire que :

Augmenter les prix, ce n’est pas notre objectif. Cela nous éloigne de nos d’acquéreurs.

Une façon pour la présidente de la FPI de faire savoir que cette situation ne fera qu’empirer les choses en décourageant les acquéreurs. Et ce n’est pas faute de le croire puisque le tarif au mètre carré a déjà progressé dans certaines villes comme le Havre, Saint-Malo, Dijon, Nantes ou Angers affichant une croissance allant de 7 % à 21,5 %.

La chute de l’offre y est pour beaucoup

D’après la FPI cette explosion des prix des logements ne serait pas le fruit du hasard, car elle sera portée par la chute de l’offre en faisant savoir que :

Plus les biens deviendront rares, plus ils deviendront chers.

Pour expliquer la situation, la Fédération a mis en exergue les éléments à l’origine de cet effondrement se manifestant à travers la tendance baissière des constructions et des ventes enregistrées depuis le début de la crise, malgré l’accessibilité accrue aux prêts immobiliers ou aux rachats de crédits.

Une situation qui n’a d’ailleurs pas manque de mettre la filière dans une mauvaise posture selon l’organisme publiant des chiffres alarmants concernant les principaux indicateurs de croissance du secteur qui ont évolué en zone négative ces derniers mois en affichant un recul de :

  • 53,8 % pour les mises en ventes de nouveaux logements ;
  • 27,4 %pour les permis de construire (entre mai et fin juillet 2020) ;
  • 8,7 % pour les mises en chantier.

Concernant ce dernier point, la FPI a d’ailleurs fait remarquer que :

Il s’agit d’un rattrapage. Nous avons fait démarrer tous nos chantiers en sortie de confinement. Soit peu ou prou au début de la période.
appel gratuit 0 800 250 300