Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Le pouvoir d’achat se révèle être la première préoccupation des Français en pleine crise du Covid-19

portefeuille vide

Le Coronavirus s’attaque directement au portefeuille des ménages français. Près de deux tiers d’entre eux expriment d’ailleurs leur inquiétude sur leur budget. On note aussi ceux contraints d’abandonner leur soutien en faveur des « achats responsables ». Désertés par le plus grand nombre, les hypermarchés figurent aussi parmi les grands perdants de cette crise.

À ce stade de la pandémie du Coronavirus, 76 % des Français sont inquiets pour leur santé. Une étude Kantar récemment publiée fait, pour sa part, ressortir un tout autre élément : le pouvoir d’achat. En effet, à l’heure où l’économie française est quasiment à l’arrêt, de plus en plus de ménages s’estiment être dans le rouge.

La période de confinement marque ainsi l’émergence de nouveaux comportements d’achat. Certains sont désormais plus regardants sur les prix, au point de ternir le dynamique du bio tandis que d’autres boudent les hypermarchés, pour se tourner vers le commerce de proximité et le drive.

Un changement de comportement notable

Dès le 11 mai prochain, date du déconfinement en France, les spécialistes s’attendent à une véritable ruée vers le rachat de crédits. Une enquête Kantar publiée le 27 mars dernier a effectivement permis de mesurer le ravage du Coronavirus sur le budget des ménages français. Il en ressort par exemple que 66 % d’entre eux redoutent un impact majeur sur leurs revenus.

Quelque 53 % ont affirmé avoir été amenés à adapter leur budget en conséquence. Des chiffres que viennent corroborer les dernières données de ventes par circuit. Celles-ci donnent d’ailleurs les premiers contours des nouveaux comportements d’achat des Français.

Le plus notable est certainement la désertion des hypermarchés au profit du drive. Ils sont quelque 42 % à adopter cette nouvelle ligne de conduite et 10 % d’entre eux le font pour la première fois.

Bien entendu, la tension est ainsi à son comble entre distributeurs et fournisseurs d'offres saisonnières. Enfin, la crise du Coronavirus a amené 58 % des Français à se tourner vers le commerce de proximité, ne faisant plus leurs courses que dans les supermarchés près du coin.

Faire plus attention aux prix

Selon toujours l’étude Kantar, la crise du Covid-19 incite 33 % des Français à faire plus attention aux prix. Un comportement nouveau qui rame visiblement à contre-courant de la mobilisation générale en soutien aux producteurs de fruits et légumes français.

Ces derniers mènent d’ailleurs une véritable campagne mettant en avant leurs fraises et asperges, mais en affichant des prix de 20 à 60 % supérieurs à ceux des grandes enseignes.

Le 27 mars dernier, Lidl a par exemple fait une offre de promotion sur les asperges tricolores et sur la gariguette. Des produits qui ont alors été proposés respectivement à 5,98 euros et 7,16 euros le kilo.

Quelques changements notables : gestes barrières obligent, Lidl a fait l’impasse sur l’animation promotionnelle, les codes promo (sources de perturbations au niveau des flux logistiques), ainsi que sur les forces de vente (déjà bannies en magasins).

appel gratuit 0 800 250 300