Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les Français craignent pour leur pouvoir d’achat malgré les économies engendrées par le confinement

calcul de dépenses

Pour les Français, les nombreux jours passés à rester chez eux n’auront pas été vains. Tout simplement parce que cela a permis à la majorité de réaliser des économies et à renforcer leurs épargnes. Ce qui devrait être une bonne nouvelle sauf que le nombre de ceux qui craignent de perdre de leur pouvoir d’achat a aussi augmenté considérablement.

L’Observatoire Cetelem a récemment publié les résultats de son enquête intitulée « Coronavirus : d’aujourd’hui au premier jour d’après ». Celle qui a permis de constater que, depuis l’entrée en vigueur des mesures barrières visant à endiguer la forte propagation de la maladie, notamment la mise en confinement, les principaux postes de dépenses des Français ont fortement diminué pour permettre à ces derniers de renforcer leurs économies.

Une situation qui s’est d’ailleurs manifestée à travers l’explosion de la croissance des produits d’épargne faisant preuve de leurs inquiétudes face à un avenir incertain où de nombreux individus craignent pour l’état de santé de leur pouvoir d’achat.

Les dépenses ont diminué avec le confinement

Dans le cadre de son enquête, l’Observatoire Cetelem a emprunté les données de l’Insee. Celles mettant en exergue l’évolution des dépenses des ménages depuis le début du confinement. Il en ressort que dans ce domaine, la tendance est à la baisse pour certains postes budgétaires.

Et puisque la majorité des Français sont confinés, les frais de déplacement sont les premiers à être rayés de la liste en notant que les ménages y consacrent en moyenne 6 154 euros par an. Ce qui se reflète d’ailleurs à travers :

  • L’indice de congestion du trafic routier qui a baissé de 62% par rapport à la moyenne de 2019 ;
  • L’annulation des vols pour représenter une baisse de 94% en moyenne chaque jour dans les trois plus grands aéroports français.

Selon ses calculs, l’Insee a aussi démontré qu’avec 30 jours de confinement, un particulier a aussi la possibilité de mettre de côté près de 250 euros sur son budget restaurant et hôtel en notant cependant que ce gain est compensé par la croissance des charges alimentaires.

S’ajoutant à cela, l’Institut a également mentionné l’effondrement des achats des articles vestimentaires et des chaussures qui ont affiché un recul de 90% ou encore la chute des dépenses culturelles comme les concerts ou le cinéma que les jeux en ligne sont loin de compenser, malgré l’explosion des abonnements sur les sites spécialisés.

Soit, autant de facteurs qui, d’après le Cetelem, ont permis à 75% des ménages d’économiser.

Les Français s’inquiètent malgré tout

Pour les Français, le fait de réaliser des économies en ces temps de crise sanitaire ne suffit pas pour avoir l’esprit tranquille.

Tout simplement parce qu’ils sont tout aussi nombreux à montrer des inquiétudes concernant leur pouvoir d’achat qui, une fois porté par les mesures gouvernementales ainsi que les offres de prêt et les rachats de crédits, était sur une pente ascendante avant le confinement.

Le cabinet d’étude Meelo, à travers un récent sondage, en donne la preuve en soulignant que 59,4% des individus interrogés ont répondu dans ce sens. Dans les détails :

  • 28,6% estiment que la perte de leur pouvoir d’achat se situe entre 100 et 250 euros
  • Entre 250 et 500 euros pour 22,9% ;
  • Entre 500 et 750 euros pour 28,6%.

Une raison suffisante pour ces derniers pour enclencher le mode fourmis en mettant de côté leur tempérament de cigale. Pour le dire, il suffit de porter un regard sur les produits d’épargne comme le Livret A ou le LDDS qui ont fait un bond considérable si l’on croit Bruno Le Maire en s’exprimant en ces termes :

En février 2020, le montant total des dépôts sur les livrets A et LDDS était de 1,5 milliard d’euros, ils sont passés en mars à 3,8 milliards d’euros.

Un accroissement qui, d’après ce ministre de l’Économie, représente un risque pour la santé économique du pays dont la croissance repose essentiellement sur le marché interne porté par la consommation.

appel gratuit 0 800 250 300