Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Le marché de l’immobilier a redémarré depuis le confinement mais pas tout à fait normalement

gestion de l'immobilier

Le marché de l’immobilier a redémarré depuis le confinement mais pas tout à fait normalement. C’est de cette façon que le conseiller juridique Charlie Cailloux voit la situation actuelle concernant le secteur. Ce, en mettant en exergue les principaux changements apportés par cette pandémie sur ce segment, mais également auprès des vendeurs et des acquéreurs.

Reprendre le cours de la vie sans pour autant enclencher une nouvelle vague de contamination du coronavirus, c’est le but que la France s’est fixé en mettant fin d’une manière progressive le confinement. Ainsi, depuis le 11 mai dernier, les différents secteurs d’activité ont repris petit à petit comme pour le cas du marché immobilier qui n’attendait que cette date de déconfinement pour appuyer sur la pédale de l’accélérateur.

C’est du moins, l’avis de Charlie Cailloux, conseiller juridique dans le domaine qui a cependant souligné que le confinement n’a pas manqué d’apporter certains changements dans le système et continue d’y laisser ses empreintes.

Le marché immobilier reprend son cours

Tout comme la plupart des secteurs d’activité, le marché de l’immobilier était aussi au point mort durant le confinement. Mais cette époque est révolue depuis que la France a décidé d’y mettre fin progressivement depuis le 11 mai 2020, le moment tant attendu pour cette filière pour reprendre son cours. D’après Charlie Cailloux :

Le déconfinement va à peu près tout débloquer, tout ce qui était interdit pendant le confinement, et qui bloquait l'immobilier, va redevenir autorisé. Pour l'immobilier, ça signifie que les visites de logement peuvent reprendre, les déménagements, les évaluations, les diagnostics aussi.

Charlie Cailloux.

Ce qui pourrait laisser entendre que le système est de retour à la normale, mais d’après cet expert, c’est encore loin d’être le cas en précisant qu’avec cet air de liberté, les consignes sanitaires s’imposent plus que jamais afin d’éviter les risques de contamination.

Dans ce sens, ce spécialiste a mis en exergue l’importance des visites virtuelles que les professionnels du domaine se doivent de privilégier pour les mois à venir afin de réduire autant que possible les contacts humains. À ce conseiller juridique d’ajouter :

Ça donne aux acquéreurs une très bonne idée de l'agencement du logement. Quand ils viennent ensuite visiter en vrai, c'est pour confirmer leur intérêt.

Charlie Cailloux.

Un sentiment d’inquiétude s’installe

Pour le marché immobilier, la reprise est certes au rendez-vous depuis le déconfinement. Mais en y regardant de près, Charlie Cailloux a constaté qu’un sentiment d’inquiétude s’est installé auprès des intervenants.

En ce qui concerne les acheteurs par exemple, il a fait savoir que, malgré l’existence du prêt habitat ou du rachat de crédits facilitant l’accès à la propriété, ils ne peuvent s’empêcher de douter. À ce spécialiste d’y apporter plus de précision :

La volonté d’acheter est là, mais reste une incertitude, c’est la possibilité d’emprunter. Si la crise économique s’installe, si les taux d’intérêt grimpent, certains devront redimensionner leur projet.

Charlie Cailloux.

Pareille situation pour les vendeurs qui s’attendent à une éventuelle chute tarifaire dans l’optique où cette crise sanitaire se transforme en crise économique d’une ampleur soutenue. Ce qui n’est pas encore le cas si l’on croit M.Cailloux qui s’est exprimé en ces termes :

L’inquiétude des vendeurs, c’est une baisse des prix, ce que l’on ne constate pas pour l’instant, car son évolution dépendra de l’ampleur de la crise économique et de son impact local.

Charlie Cailloux.

Mais pour en revenir aux acquéreurs, cet expert a tenu à rappeler que durant la période de confinement, la recherche de logement n’a baissé que de 4% pour s’accélérer ensuite à hauteur de 5%. Une autre preuve de la détermination des Français.

appel gratuit 0 800 250 300