Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

L’épargne des Français figure parmi les solutions envisagées pour aider l’État à effacer ses dettes

des ménages en train de gerer leur epargne

La France figure parmi les nombreux pays européens à crouler sous la dette en essayant d’amortir le choc de l’épidémie du coronavirus à travers la mise en place de différentes mesures coûtant plusieurs milliards d’euros que l’État se doit bien de rembourser. Dans ce sens, plusieurs pistes sont étudiées en précisant que l’épargne des Français figure parmi les solutions envisagées.

Pour faire face à la pandémie du coronavirus et ses conséquences, la France a été contrainte d’emprunter d’importantes sommes d’argent afin d’amortir le choc de cette crise sanitaire. C’est chose faite, mais il lui reste la question de trouver les meilleures façons d’effacer ses dettes qui ont désormais atteint un niveau des plus inquiétants.

Dans cette optique, le rachat de crédits par la BCE figure parmi les solutions envisagées tout comme l’augmentation des impôts qui a été écartée par l’exécutif qui a vu en l’épargne des Français une piste exploitable, sauf que pour y parvenir, il se doit d’abord de convaincre les ménages de jouer le jeu.

L’épargne des Français pour sauver la mise

Les dettes que l'on est train d'accumuler en ce moment sont absolument considérables.

C’est de cette manière qu’Elie Cohen voit la situation actuelle concernant le niveau d’endettement de la France. Pour le dire, cet économiste a d’ailleurs tenu à souligner que :

On s'est battus au cours des 18 derniers mois pour ne pas franchir la barre symbolique d'une dette qui représente 100% de la richesse nationale. Mais là, on est passé en un mois de 100% à 115%.

Elie Cohen

Une progression qui, d’après ce spécialiste, a été essentiellement portée par l’emprunt supplémentaire de 90 milliards d’euros récemment engagé par l’État pour renforcer son budget. Soit, à un niveau des plus inquiétants que le pays se doit d’alléger. Et comme susmentionnée, l’épargne des Français est l’une des solutions envisagées pour sauver la mise. Tout simplement parce que durant le confinement, les ménages sont parvenus à mettre de côté 55 milliards d’euros. À Elie Cohen d’expliquer ce choix :

Si l'intégralité de cette épargne était consommée, la contribution de huit semaines de confinement à la dégradation du PIB passerait de 5 à 2 points.

Elie Cohen

Dans les détails, la stratégie du gouvernement est simple, il veut encourager la population à dépenser davantage pour permettre à la croissance économique de reprendre son envol sachant que l’économie française dépend essentiellement du marché interne à travers la consommation.

Rien n’est encore gagné

Vue de cette manière, l’épargne des ménages peut certainement être perçue comme la meilleure des solutions pour alléger la dette de l’État. Mais il faut dire que rien n’est encore gagné pour la simple raison qu’il s’agit là de changer la nature même des Français qui, rappelons-le, sont plutôt fourmis que cigales notamment lorsqu’ils font face à un avenir incertain.

Pour illustrer, l’on pourrait prendre en exemple la stratégie adoptée par le gouvernement à l’horizon 2018 suite à la crise des Gilets Jaunes. Pour encourager la consommation, le pouvoir public a en effet injecté 17 milliards d’euros auprès de la population pour renforcer leur pouvoir d’achat et les inciter à dépenser et ainsi investir dans l’économie réelle. Mais autant dire que ce ne fut pas le cas puisque ce sont les produits d’épargne comme le Livret A ou l’Assurance-vie qui ont été renforcés.

Ainsi, pour éviter pareil aboutissement, le pouvoir public pourrait être tenté d’adopter différentes mesures lui permettant d’avoir la mainmise sur cette manne financière tant convoitée de 55 milliards d’euros. Soit à travers :

  • La taxation de l'épargne ;
  • L’impôt sur le patrimoine ;
  • Les incitations fiscales ;
  • La création d'un produit d'épargne spécifique.

En ce qui concerne ce dernier point, il faut souligner qu’un parlementaire a récemment proposé la création d’un Livret C qui, avec quelques différences, aurait les mêmes traits que le Livret A dont l’objectif est de :

Capter l'épargne qui ne sera pas intégralement consommée lors du déconfinement progressif pour l'orienter vers l'investissement dans les entreprises.
appel gratuit 0 800 250 300