Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Certains analystes estiment que l’indice des prix logements ne reflète pas la réalité

une personne faisant des calculs pour logement

Certains analystes estiment que l’indice des prix logements ne reflète pas la réalité. En regardant de près les méthodes de calcul permettant de mesurer le poids de l’immobilier sur le budget total des ménages, ces derniers ont en effet découvert que les éléments pris en compte sont loin d’être suffisant.

Dans l’Hexagone, l’indice des prix logements permet de garder un œil sur le niveau d’inflation du poids de l’immobilier sur le budget des Français. Et d’après l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), l’organisme en charge d’en mesurer l’étendue, le taux est actuellement estimé à 6%.

Soit, à un degré relativement bas si l’on croit certains analystes qui pensent que ce chiffre est loin du compte. En concentrant leurs études sur le sujet, ils ont en effet découvert que cet indicateur ne concerne que la population locataire. De ce fait, ils estiment que les propriétaires accédants doivent être pris en compte.

Les propriétaires accédants devraient être de la liste

Pour ces analystes, les propriétaires devraient être de la liste des éléments pris en compte par l’Insee pour calculer l’indice de prix logements.

Dans ce sens, ces observateurs ont cependant souligné que cette situation concerne essentiellement les accédants à la propriété qui représentent 20% de la population française. Tout simplement parce qu’une bonne partie de leur budget est encore consacrée au remboursement de l’emprunt leur permettant d’y accéder qu’il s’agisse de rachat de crédit ou de prêt habitat.

Et avec un taux d’effort moyen de 25%, les mensualités sont loin d’être négligeable pour ces derniers, alors que ce poste de dépense est écarté des indices de mesure de l’Insee.

Concernant les propriétaires non-accédants, ces experts ont fait valoir qu’ils peuvent être écartés des éléments de calcul. Ce, en précisant que ces derniers qui représentent d’ailleurs 40% des ménages, n’ont plus à rembourser leur prêt immobilier et qu’ils n’ont évidemment pas à se soucier des loyers.

L’indice de prix logements est basé sur les dépenses des locataires

À titre de rappel, selon l’indice de prix immobiliers de l’Insee, le poids du logement représente seulement 6% du budget total des ménages. Ce qui est loin du compte si l’on croit que certains experts qui ont d’ailleurs tenu à préciser que même associé à différents postes de dépense liés au gaz, à l’électricité ou à l’eau, ce seuil aurait beaucoup de mal à atteindre la barre des 14%.

Ces derniers se sont ainsi donnés pour mission d’en découvrir la raison en tenant en compte le fait que le calcul de cet indicateur se repose sur l’IPC (indice des prix à la consommation) qui mesure les coûts et les services consommés. Le système leur permettant de découvrir une faille leur permettant de faire valoir que :

L'achat d'un bien immobilier ne donne pas lieu au processus de destruction qu'entraîne la consommation et participe à la constitution d'un patrimoine.

C’est d’ailleurs, la raison incitant ces spécialistes à dire que les propriétaires sont rayés de la liste des éléments de calculs en précisant qu’en France :

Près de 6 ménages sur 10 sont propriétaires de leurs logements et ne paient, par définition, aucun loyer et sont donc exclus de facto du champ de l'analyse.

Ainsi, ils estiment que l’indice de l’Insee tient uniquement en compte la situation des locataires représentant 40% des ménages consacrant en moyenne 20% de leur trésorerie dans les loyers, alors que leur niveau de vie et par conséquent leur pouvoir d’achat est de 20% inférieur par rapport à celui des propriétaires.

appel gratuit 0 800 250 300