Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

La réalité statistique et ressentie des Français s’opposent face à la perception du pouvoir d’achat

monnaie euro et calculatrice

Réalité statistique et ressenti des Français s’opposent face à la perception du pouvoir d’achat pour la saison 2019. Tout simplement parce que les données statistiques démontrent qu’il a affiché une tendance haussière durant cette période, alors qu’aux yeux des ménages, il a enclenché la marche arrière. Une situation qui s’explique à travers différents éléments si l’on croit un expert du domaine.

2019 semble l’année des bonnes nouvelles. Du moins, pour l’exécutif qui a avoué fournir beaucoup d’efforts pour permettre au pouvoir d’achat des Français de reprendre son envol. Ce qui est chose faite d’ailleurs si l’on croit les données statistiques de l’Insee qui ont fait valoir qu’une hausse non négligeable a été enregistrée durant cette période.

Mais d’après l’observatoire Cetelem de la consommation, cette affirmation semble s’éloigner de la réalité. À travers une enquête effectuée auprès des ménages, cet organisme est en effet parvenu à démontrer que la perception est tout autre pour ces derniers qui avouent ressentir le contraire pour différentes raisons selon les analyses de Flavien Neuvy, l’homme à la tête de Cetelem.

Hausse du pouvoir d’achat oui, mais…

Grâce à la politique accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), les banques qui opèrent dans les pays de la zone euro ont eu la chance d’assouplir leurs conditions d’octroi. Celles qui ont permis à leur clientèle d’accéder plus facilement aux offres d’emprunts comme les rachats de crédits, le prêt immobilier ou à la consommation en profitant notamment des taux bas des intérêts ou encore des délais de remboursement prolongés.

En procédant ainsi, la BCE s’est fixée pour objectif de rehausser le pouvoir d’achat de la population européenne y compris les Français. Et il faut dire que dans ce domaine, ces derniers ont eu une longueur d’avance sur les autres.

Tout cela, parce que le pouvoir public tricolore s’est aussi engagé à renforcer le système à travers la mise en place de différentes mesures comme la baisse des impôts sur le revenu ou encore la suppression progressive de la taxe d’habitation. Pour y parvenir, le gouvernement y a d’ailleurs injecté la coquette somme de 17 milliards d’euros.

Résultats, l’Insee a détecté une croissance de 2,1% durant la période d’exercice de 2019 dans l’Hexagone. Une donnée statistique des plus encourageantes, mais qui semble peu convaincante auprès des Français pour permettre à Flavien Neuvy de dire que :

Clairement, il y a un vrai choc frontal entre le ressenti des Français et la réalité statistique.

Flavien Neuvy.

Tout cela parce qu’en demandant l’avis de la population, l’observatoire Cetelem de la consommation a découvert que 48% des ménages ont avoué éprouver le contraire. Ce qui se reflète d’ailleurs à travers la progression du taux d’épargne de précaution qui a atteint un niveau relativement élevé. Au directeur de Cetelem d’ajouter :

La France a un taux d’épargne qui se situe entre 14 et 16%, ce qui est assez élevé et qui traduit là encore quelque part une certaine inquiétude.

Flavien Neuvy.

… Le niveau des dépenses aussi a augmenté

Avec une croissance de 2,1%, le pouvoir d’achat des Français a certainement progressé en 2019. N’empêche cependant qu’une partie des ménages se plaignent d’avoir à se serrer davantage la ceinture.

À la tête de l’observatoire Cetelem de la consommation Flavien Neuvy est bien placé pour en donner la raison principale en faisant valoir que ce ressenti négatif s’explique à travers l’augmentation du niveau des dépenses.

Dans ce sens, ce responsable a principalement pointé du doigt la tendance haussière des prix à la location ainsi qu’à l’achat des logements. Il a également souligné que le vieillissement de la population y est pour beaucoup en incitant les foyers à dépenser davantage dans des besoins d’ordre médical pour améliorer leur état de santé. S’ajoutant à cela, cet expert a aussi fait allusion à différentes sources de débours supplémentaires en faisant valoir que :

Entre les abonnements aux différentes plateformes de streaming qui n’existaient pas avant, les abonnements téléphoniques ou télés qui se diversifient (...) un sentiment de baisse de pouvoir d’achat peut s’installer et aboutir, en fin de compte, à des fins de mois difficiles.

Flavien Neuvy.

appel gratuit 0 800 250 300