Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

L’année 2020 semble disposée à perpétuer la tendance haussière des prix du marché immobilier français

tendance haussière

L’année 2020 semble disposée à perpétuer la tendance haussière des prix du marché immobilier français. C’est du moins ce que laisse croire la croissance tarifaire enregistrée auprès des 10 plus grandes villes de l’Hexagone durant le premier mois de cette nouvelle période d’exercice. Une situation qui a permis à certaines villes moyennes de trouver leur compte.

Après la progression des prix immobiliers qui s’est notamment affiché en 2018 et en 2019, certains observateurs étaient tentés de dire que la saison 2020 sera marquée par un ralentissement. Mais il suffit de voir les résultats enregistrés durant le premier mois de cette période entrante pour se rendre compte qu’ils se sont peut-être trompés.

La preuve en est qu’en janvier, une croissance moyenne de 0,4% a été détectée auprès des 10 plus grandes métropoles du pays. Et en y regardant de plus près, force est de constater que cette tendance s’est aussi propagée auprès des autres agglomérations de plus de 2 000 habitants.

Les prix continuent leur progression

Crowdfunding immobilier, prêt habitat ou rachat de crédits, de nombreuses options de financement permettent désormais aux Français d’accéder à la propriété d’autant que leur pouvoir d’achat a été renforcé, grâce aux taux bas des intérêts ou encore à la baisse du niveau de chômage.

Une situation qui a d’ailleurs permis au marché de la pierre d’afficher un excellent dynamisme ces dernières années en se manifestant à travers la tendance haussière des prix au mètre carré.

Et dans ce domaine, il faut dire que la saison 2020 a commencé sur les chapeaux de roue en affichant une croissance tarifaire moyenne de 0,4% rien qu’en janvier auprès des dix plus grandes capitales de l’Hexagone.

Dans ce sens, Rennes et Lille ressortent en tête de liste en affichant 1,1% à leur actif et ainsi dépasser Paris et Lyon qui ont atteint la barre de 1% si les autres métropoles comme Nantes se sont limitées à 0,5% en notant que durant ce premier mois, Toulouse est la seule à enregistrer une baisse de 0,2%.

À préciser que ce phénomène de progression n’a pas manqué de créer un déséquilibre entre l’offre et la demande où Lyon est la plus à plaindre si l’on croit un expert immobilier qui s’est exprimé en ces termes :

Les prix ont tellement augmenté que le pouvoir d’achat immobilier des Lyonnais s’érode.

Ce qui est loin d’être le cas à Lille où la demande est plus élevée que l’offre pour représenter 134 acheteurs pour 100 logements à vendre. Soit, à un niveau dépassant de loin le record enregistré à Paris qui s’est limité à 123 candidats.

Certaines villes de tailles moyennes y ont trouvé leur compte

La tendance haussière des prix qui ne fait que s’accentuer depuis 2018 auprès des 10 plus grandes métropoles françaises a fini par avoir un impact sur le pouvoir d’achat immobilier des Français. Résultat, ils sont bien nombreux à être contraint de choisir d’autres emplacements pour permettre à certaines villes de trouver leur compte.

Le palmarès 2020 de l’Association des villes et villages où il fait bon vivre en donne la preuve à travers la récente publication des résultats de ses enquêtes. Ceux qui ont fait valoir que certaines agglomérations ont émergé parmi les localités abritant plus de 2 000 habitants.

Et dans ce domaine, La Rochelle et Angers sont sortis du lot en affichant respectivement un accroissement annuel de 3,8% et de 11,2% pour leur permettre de se mettre au même rang qu’Annecy, Bayonne et Le Mans. Un revirement qui s’explique à travers différents éléments :

  • Ces villes profitent d’un réel dynamisme économique, d’une base étudiante solide et d’un attrait certain pour les retraités ;
  • Le marché demeure accessible malgré la hausse des prix.

Pour ce qui est de ce dernier point, il faut préciser qu’avec un budget de 454 400 euros, les acheteurs peuvent espérer disposer d’une surface de 200 m² à Angers ou de 138 m² à La Rochelle si à Paris, ils ne pourront s’offrir qu’un petit deux-pièces. Tout simplement parce que dans la capitale française, le prix au mètre carré a désormais atteint une moyenne de 10 300 euros.

appel gratuit 0 800 250 300