Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

L’accroissement de l’épargne des Français a permis à la balance des paiements courants de s’améliorer

un ménage en plein calcul financier

L’appétence des Français pour l’épargne qui s’est manifestée pendant des années n’est plus un scoop pour personne. Une attirance qui a tendance à se renforcer davantage qu’au final, elle est considérée comme une menace pour la croissance économique du pays. Mais aux dernières nouvelles, tout indique que la situation peut être vue d’une manière plus positive.

Dans l’Hexagone, économistes et financiers s’accordent à dire que le marché interne est le pilier principal de la croissance économique de la France à travers le niveau de dépense des ménages. Ainsi, pour inciter ces derniers à consommer davantage, différentes mesures ont été adoptées sans parler des différentes offres bancaires destinées à améliorer leur pouvoir d’achat.

Toutefois, force est de constater qu’au lieu de passer en mode cigale, les Français ont préféré renforcer leur caractère de fourmis en accordant davantage d’importance à l’épargne.

Résultats, les observateurs estiment qu’ils sont à l’origine du ralentissement de l’économie réelle de la nation. Mais, il faut regarder du côté de la balance des paiements courants pour dire que ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée.

La hausse du pouvoir d’achat a alimenté l’épargne

Depuis 2018, le pouvoir d’achat des Français n’a eu de cesse de s’améliorer qu’un an après, les ménages ont cumulé jusqu’à 8 milliards d’euros. Et d’après les constats, différents facteurs y ont contribué.

À commencer par la politique monétaire de la BCE (Banque centrale européenne) qui a revu à la baisse son taux directeur pour faciliter l’accès aux différentes offres d’emprunt comme les rachats de crédits, le prêt à l’habitat ou à la consommation qui ont vu leur taux d’intérêt atteindre un niveau relativement bas.

Aussi, l’on peut énumérer les mesures post Gilets Jaunes adoptés par le pouvoir public afin d’améliorer le revenu de la population.

Tout cela, pour arriver à un seul but, permettre à cette dernière de soutenir l’économie réelle à travers la consommation. Toutefois, force est de constater que les résultats sont plutôt décevants puisqu’au lieu de dépenser davantage, les concernés ont préféré accorder plus d’importance à l’épargne. Une appétence qui, à première vue, ne fait que ralentir la croissance économique de la France. Un point négatif qui joue en défaveur de cette tendance.

L’excès d’épargne n’a pas eu que des effets négatifs

En ralentissant la croissance économique, l’excès d’épargne des Français a certainement suscité des inquiétudes. Mais en y regardant de près, l’on pourrait se rendre compte que cet aboutissement n’a pas eu que des effets négatifs.

Pour le dire, il suffit de porter un regard sur la solde de la balance des paiements courants enregistrée en novembre de 2019. Celui qui a affiché un excédent de 500 millions d’euros.

En nette amélioration par rapport à la saison précédente sur la même période en tenant compte du fait que le déficit de 16,4 milliards d’euros répertorié en 2017 s’est retrouvé à 15,1 milliards d’euros un an plus tard. Une situation qui a permis à certains observateurs de conclure que :

Le redressement extérieur traduit surtout la volonté des Français d’accroître leur épargne.

Une tendance qui peut cependant s’interpréter de deux manières différentes si l’on croit certains experts qui ont fait valoir que :

  • L’excès d’endettement public conduit à des comportements d’épargne de précaution qui annihilent l’efficacité de la politique budgétaire au moment où le retournement conjoncturel se confirme ;
  • Cette situation a permis à la France de se débarrasser de son problème de contrainte extérieure.
appel gratuit 0 800 250 300