Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les Belges peinent à accéder aux prêts hypothécaires malgré les taux particulièrement bas

Homme utilisant une calculatrice derrière une pile de pièce de monnaies disposées en escalier

En Belgique, de nombreux éléments contribuent depuis quelques mois au maintien des taux hypothécaires à un niveau particulièrement bas. Ce qui devrait encourager les ménages à recourir à ce type d’emprunt pour se créer un patrimoine immobilier, mais il semblerait que ce ne soit pas le cas puisque l’accès à ce service est plus difficile qu’on pourrait le croire.

Selon les résultats d'enquêtes concernant l’évolution du marché immobilier en Belgique, un cabinet d’étude a démontré qu’à cause de la crise du coronavirus, nombreux sont les ménages à renoncer à leur projet d’acquisition immobilière pour la simple raison que leur pouvoir d’achat s’est retrouvé sur une pente glissante. La preuve en est que durant cette période, un Belge sur cinq était contraint de puiser dans ses épargnes.

Une situation que les banques centrales ont tenté de rectifier en adoptant différentes mesures encourageant le recours aux emprunts en misant essentiellement sur le maintien des taux d’intérêt à un niveau relativement bas en précisant que dans ce domaine, le prêt hypothécaire excelle. Ce qui devrait d’ailleurs inciter les emprunteurs à choisir ce type de crédit sauf que leur enthousiasme est freiné par des conditions d’octroi plus strictes.

Les taux d’intérêt sont maintenus à un niveau relativement bas

La BCE met tout en œuvre pour maintenir les taux d’intérêt des emprunts bancaires à un niveau relativement bas. Ce, à travers différentes mesures comme son programme de rachat de crédits dont l’objectif principal est d’encourager les emprunts pour permettre à l’argent de continuer de circuler et ainsi soutenir l’économie réelle.

Et puisqu’il s’agit de dispositifs mis en place par la Banque centrale européenne, l’on pourrait en déduire que la Belgique figure dans la liste des pays qui peuvent bénéficier de ses avantages. Ce, en permettant au gouvernement, aux particuliers et aux entreprises d’emprunter à moindre coût, alors qu’en parallèle, ces derniers peuvent également compter sur la BNB.

En effet, la Banque nationale de Belgique a montré sa volonté de maintenir les taux à leur niveau minimal en libérant un coussin de fonds propres de 1,1 milliard d’euros en début de la crise et de 2,1 milliards d’euros quelques mois plus tard. Son objectif, permettre aux établissements bancaires de se constituer des provisions pour les pertes de crédit en notant que le second dispositif est dédié aux risques immobiliers permettant aux taux hypothécaires d’afficher la meilleure performance en frôlant la zone négative.

Taux hypothécaires particulièrement bas oui, mais

Selon les auteurs de cette étude, les mesures adoptées par la BCE et la BNB ont permis au prêt hypothécaire d’afficher un niveau particulièrement bas par rapport aux autres services d’emprunt.

Tout cela pour dire que la situation est plutôt favorable à l’accession à ce type de crédit d’autant que, malgré la diminution du nombre des transactions immobilières, la tendance est à la hausse en ce qui concerne le prix en affichant une croissance moyenne de :

  • 1,9% pour les maisons ;
  • 5,9% pour les appartements.

Dans cette optique, l'étude estime que le recours aux emprunts hypothécaires devrait s’accentuer, sauf qu’il y a un hic, la Banque nationale de Belgique a décidé d’en renforcer les règles au risque d’inciter les candidats-acquéreurs à faire machine arrière.

En effet, pour y accéder, ces derniers se doivent de se conformer à une condition qui pourrait faire figure d’obstacle en les forçant à prendre part au financement de l’acquisition à travers un apport de 10%, avec lequel viennent s’ajouter les différents frais qui en sont liés. Ce qui revient d’ailleurs à dire que l’achat du bien n’est pas entièrement financé par le crédit puisque ce mécanisme de quotité imposé par la BNB réduit le financement de la banque à 90%.

appel gratuit 0 800 250 300