Left Menu

Le niveau d’endettement des Canadiens demeure élevé malgré la tendance baissière affichée depuis des mois

monnaie canadienne

En rendant publics les résultats de ses études sur le marché du crédit, Statistiques Canada a fait valoir que le ratio de la dette contractée par les Canadiens a encore reculé au second trimestre de 2019, alors qu’une tendance baissière a déjà été repérée entre janvier et mars. N’empêche que le niveau d’endettement des ménages est encore élevé pour être une menace pour l’économie du pays.

2019 semble se présenter sous de bons augures pour les Canadiens. Du moins, en ce qui concerne leur niveau d’endettement qui a commencé à enclencher la marche arrière au premier trimestre de cette année et qui a continué dans ce sens entre avril et juin si l’on croit les données récentes de Statistiques Canada.

Toutefois, Banque du Canada estime que ce ratio demeure élevé et représente encore une menace pour l’économie en représentant 177,1% du revenu disponible des ménages. Un avis partagé par les spécialistes du domaine en pointant du doigt la croissance du prêt hypothécaire comme étant à l’origine de ce rapport soutenu.

Les Canadiens demeurent fortement endettés

D’après Statistiques Canada, la dette contractée par les Canadiens durant le second trimestre de 2019 aurait atteint 2252 milliards de dollars en tenant en compte de tous les types d’emprunts disponibles sur le marché comme les emprunts hypothécaires, le rachat de crédits ou encore le prêt à la consommation.

Soit, en légère baisse une fois comparée à la proportion du revenu disponible des ménages en passant de 177,5% au premier trimestre à 177,1% les trois mois suivants en données désaisonnalisées, grâce à une légère hausse du pouvoir d’achat.

Mais d’après les analystes, ce ratio demeure élevé puisqu’il indique également que chaque dollar vacant représente 1,7 dollar d’obligation. Un niveau qui demeure élevé si l’on croit Robert Hogue qui s’est exprimé en ces termes :

« Les décideurs trouveront certainement quelque chose de positif dans ces chiffres. Cependant, nous sommes encore loin de pouvoir rayer la dette des ménages de la liste des principales vulnérabilités de l’économie canadienne ».

Robert Hogue

Ainsi, tout comme les analystes de Banque du Canada, cet expert en économie à la Banque Royale estime que les Canadiens demeurent fortement endettés et que cette situation constitue encore une menace pour la croissance économique du pays.

Le dynamisme du prêt hypothécaire pointé du doigt

Les Canadiens sont certainement parvenus à baisser leurs dettes, mais leur niveau d’endettement demeure élevé. Et d’après les experts, le dynamisme du prêt hypothécaire y est pour beaucoup en encourageant les ménages à s’endetter davantage, grâce à des conditions d’emprunts raisonnables principalement portées par des taux d’intérêt relativement bas. À Brian DePratto, un autre spécialiste en économie à la Banque TD d’ajouter :

« Les données reflétaient la vigueur récente du marché immobilier, soulignant la croissance de la dette hypothécaire ».

Brian DePratto

La preuve, sur les 2252 milliards de dollars contractés au second trimestre, l’encours de ce type de crédit représente 1469 milliards de dollars pour ne laisser que 783 milliards de dollars aux autres services.

Ce qui se traduit en une croissance considérable en données désaisonnalisées en passant de 13,1 milliards de dollars durant les trois premiers mois de l’année à 14,8 milliards de dollars entre avril et juin. À noter que ce montant domine l’encours total des crédits sur le marché qui est estimé à 23,5 milliards de dollars au deuxième trimestre contre 18,9 milliards de dollars au trimestre précédent.

appel gratuit 0 800 250 300