Left Menu

La hausse du pouvoir d’achat des ménages atteindra la barre des 3% en 2020

monnaie euro

En publiant les résultats de ses enquêtes, l’Institut des politiques publiques (IPP) a fait valoir que le gain du pouvoir d’achat des ménages qui s’est affiché cette année aurait tendance à se perpétuer en 2020, grâce à de nouvelles mesures gouvernementales. Celles qui permettront à la classe moyenne d’être plus avantagée que les autres.

En affichant une croissance de 2,3%, le pouvoir d’achat des Français a atteint un niveau record jamais enregistré depuis des années notamment grâce aux différentes mesures adoptées par le gouvernement en réponse à la crise des Gilets Jaunes de 2018.

D’après l’IPP, le pouvoir public veut continuer dans ce sens en intégrant de nouveaux dispositifs dans son projet de budget de 2020. Ce qui a d’ailleurs permis à l’Institut des politiques publiques de tabler sur un accroissement encore plus significatif en faveur des ménages, mais qui aurait tendance à privilégier les individus de la classe moyenne qui représente plus de la moitié des concernés.

Un record s’en va pour céder la place à un autre

D’après l’Insee, le gain de pouvoir d’achat des Français a, en 2019, atteint la barre des 2,3% pour afficher un niveau record jamais établi en l’espace d’une décennie pour permettre aux ménages de renforcer leur portefeuille à hauteur de 850 euros par mois. Une tendance qui risque fort de se perpétuer si l’on croit l’Institut des politiques publiques qui a récemment rendu publics les résultats de ses études sur le sujet.

L’IPP estime en effet qu’en 2020, une nouvelle performance viendra surpasser celle établie cette année pour afficher une croissance moyenne estimée à 3%.

Du moins, pour 60% des foyers, ceux représentant la classe moyenne avec des revenus disponibles inclus entre la 3ème et le 8ème décile qui gagneront mensuellement des rétributions supplémentaires de 822 à 1287 euros. Ce qui revient à dire que la situation est différente pour les autres catégories si l’on croit l’Institut en expliquant dans une note que :

« Les 20% les plus pauvres bénéficient de gains plus faibles, inférieurs à 1% et les 20% les plus aisés bénéficient également des gains ne dépassant pas 1%, excepté le dernier centile (les 1 % les plus riches) qui voit son revenu disponible augmenter de 2 % ».

Les mesures gouvernementales y sont pour beaucoup

Il va sans dire que la tendance est à la hausse pour les ménages en matière de pouvoir d’achat. Et d’après les constats, les mesures gouvernementales y sont pour beaucoup même si les établissements bancaires y ont également contribué à travers leurs services financiers comme les différentes offres de prêt ou le rachat de crédits.

Pour ce qui est de la reprise de 2,3% enregistrée cette année par exemple, l’IPP indique les dispositifs gouvernementaux adoptés en 2018 comme étant les principaux leviers. Entendons par là :

  • La revalorisation de l’allocation adulte ;
  • Le remplacement de l’impôt sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ;
  • Les hausses de taxes sur l’énergie ou le tabac.

Pareille situation pour l’éventuel gain de 3% qui, pour sa part, bénéficiera des effets des procédures intégrées au projet de budget de l’État de 2020. Entre autres :

  • Une baisse de cinq milliards d’euros de l’impôt sur le revenu ;
  • La poursuite de la suppression de la taxe d’habitation ;
  • La revalorisation du minimum vieillesse, mais indexation inférieure à l’inflation des retraites au-dessus de 2 000 euros et des prestations sociales.

À l’Institut des politiques publiques d’expliquer la raison de ces mesures :

« Le projet du futur budget poursuit le rééquilibrage des mesures budgétaires en faveur des classes moyennes entamé par les mesures d’urgence économiques et sociales, prises en réponse au mouvement des Gilets jaunes ».
appel gratuit 0 800 250 300