Left Menu

Juillet 2019 a été le mois des records pour le marché des logements anciens

immeubles anciens

Juillet 2019 a été un mois propice pour les projets d’acquisition de logement dans l’ancien. Les statistiques récemment publiées par les Notaires de France en donnent la preuve en mettant en exergue l’accroissement non négligeable des transactions enregistré durant cette période. Une reprise portée par de nombreux facteurs, mais qui n’est pas sans impacts sur le niveau d’endettement des ménages.

Le marché de l’immobilier dans l’ancien semble retrouver son dynamisme. Du moins, depuis juillet dernier si l’on se réfère aux données chiffrées récemment publiées pas les Notaires de France. Celles qui ont permis de découvrir que le volume des ventes enregistré durant cette période s’est envolé pour afficher une croissance inédite.

Ainsi, tout indique que la tendance haussière des prix semble ne pas entacher le désir d’accéder à la propriété des Français qui font preuve d’un retour de confiance à la consommation.

Tout cela, parce que ces derniers peuvent désormais compter sur différents atouts pour se lancer dans l’investissement dans la pierre au risque de s’endetter davantage. Et ce, en s’appuyant principalement sur des offres bancaires spécialement portées par des taux d’intérêt historiquement bas.

Le marché a retrouvé sa vigueur

En publiant ses statistiques, l’association des Notaires de France a démontré que le marché des logements anciens a retrouvé sa vigueur. La preuve, ce segment a, en juillet dernier, affiché un accroissement annuel de 7% en matière de transaction pour lui permettre de franchir une étape inédite en dépassant la barre du million d’unités vendues.

Ainsi, tout indique que la tendance haussière des prix n’est pas parvenue à effrayer les acquéreurs. Après tout, le coût moyen actuel est encore loin d’égaler le pic de 2007 qui représentait 15% du revenu disponible des ménages.

D’après les constats, les établissements bancaires auraient à voir avec cette reprise en simplifiant leurs conditions d’octroi en ce qui concerne les offres d’emprunt permettant d’accéder à la propriété à l’instar du prêt à l’habitat ou des rachats de crédits. Et ce, en se reposant principalement sur des taux d’intérêt relativement bas qui affichent désormais une moyenne de 1,3% qui est également à un niveau historiquement bas.

Une situation qui ne fait qu’encourager les emprunteurs à s’endetter davantage pour élever leur taux d’endettement à 75% du revenu disponible. Un nouveau record qui ne manque pas d’inquiéter les autorités de surveillance qui y voient une menace pour la rentabilité de ces crédits dans l’optique d’une éventuelle remontée des taux.

Les Français ont retrouvé le chemin de la confiance

Les établissements bancaires ont certes contribué à la reprise de dynamisme du marché des logements anciens, mais il faut dire que les Français y sont pour beaucoup, grâce à leur volonté d’accéder à la propriété.

Il se trouve, en effet, que les ménages ont retrouvé le chemin de la confiance en matière de consommation qui se manifeste principalement à travers ce type d’investissement. Tout cela, parce qu’ils ont fini de s’angoisser pour accorder plus d’optimisme dans leurs jugements en s’appuyant sur des leviers solides. Entre autres :

  • Le recul du niveau d’inflation ;
  • La croissance du marché de l’emploi qui a engendré un repli du taux de chômage ;
  • La baisse des impôts ;
  • La hausse du pouvoir d’achat.

Concernant ce dernier point, un accroissement de 2,3% a en effet été enregistré cette année pour représenter une progression jamais atteinte depuis plus d’une décennie. Ce qui a d’ailleurs permis au portefeuille des ménages de se consolider à hauteur de 839 euros par mois.

appel gratuit 0 800 250 300