Left Menu

La population se dit encore plus endettée qu’auparavant au Canada

un couple en train de gérer les finances

Au Canada, le niveau d’endettement des ménages s’accentue d’année en année. Et d’après un sondage effectué en mars dernier, la majorité de la population se dit encore plus endettée qu’auparavant. Cette étude a également permis de constater que malgré ce niveau élevé, les Québécois sont moins inquiétés que l’ensemble des Canadiens.

Avec un pourcentage élevé à 178% du revenu disponible, le niveau d’endettement des ménages canadiens a atteint un niveau record. C’est du moins ce qu’a fait savoir Carolyn Wilkins, la première sous-gouverneure de la Banque du Canada lors d’une conférence de presse en mars dernier.

Une situation qu’une enquête en ligne menée par Ipsos entre le 13 et le 23 de ce même mois auprès de 2700 individus a réussi à confirmer puisque plus de la moitié des répondants ont avoué qu’ils sont encore plus endettés qu’en 2018.

Il en ressort que 67% des Canadiens sont de cet avis si ce rapport est de 62% pour les Québécois démontrant ainsi que ces derniers sont moins préoccupés par la situation que le reste de la population.

Niveau d’endettement élevé confirmé

Au troisième mois de l’année 2019, la sous-gouverneure de la Banque centrale du Canada a soutenu que :

« L’endettement élevé des ménages, qui atteint aujourd’hui environ 178 % du revenu disponible,est la principale vulnérabilité financière au pays ».

Ce qui incité l’agence spécialisée en insolvabilité MNP à initier une enquête afin d’en mesurer la portée auprès de la population. Dans cette optique, la mission a été confiée à Ipsos qui a mené un sondage en ligne entre le 13 et 23 mars auprès de 2 700 individus. Celui qui n’a fait que confirmer les paroles de Carolyn Wilkins à travers différents indices révélées en pourcentage démontrant que :

  • 67% des Canadiens se disent plus endettés que l’année dernière ;
  • 46% estiment qu’ils s’endetteront davantage au cours des 12 prochains mois et qu’ils ne seront pas en mesure d’assumer leurs frais de subsistance et leurs dépenses familiales ;
  • 41% regrettent le montant des dettes contractées ;
  • 47% craignent les difficultés financières en cas d’augmentation des taux d’intérêt ;
  • 35 % y voient un risque de faillite ;
  • 48% frôlent le défaut de paiement chaque mois.

Soit autant de facteurs qui ont permis à Frédéric Lachance, syndic en insolvabilité chez MNP d’affirmer que :

« En réalité, beaucoup trop de ménages n’arrivent tout simplement pas à boucler les fins de mois, quels que soient les efforts qu’ils y mettent. Lorsqu’il y a si peu de jeu dans le budget du ménage, les gens peuvent facilement se retrouver prisonniers d’un cycle d’endettement sans fin ».

Les Québécois moins préoccupés

En tenant compte des résultats de ce sondage, Ipsos est parvenu à conclure que les Québécois sont moins inquiétés que le reste de la population canadienne.

Le niveau légèrement plus bas du nombre de ceux qui se disent plus endettés qu’en 2018 en est la preuve avec un pourcentage de 62% contre 67%. Et ce, en tenant compte des différents outils d’emprunts comme les prêts, le regroupement ou le rachat de crédits ou encore les facilités de caisse. D’ailleurs, les autres indicateurs ont également suivi cette tendance en démontrant que :

  • 42% des Québécois estiment qu’ils ne seront pas en mesure d’assumer leurs frais de subsistance et leurs dépenses familiales et s’endetteront davantage au cours des 12 prochains mois ;
  • 32% regrettent le montant des dettes contractées ;
  • 43% craignent les difficultés financières en cas d’augmentation des taux d’intérêt ;
  • 31% y voient un risque de faillite.

Tout comme le reste des Canadiens, les Québécois sont également concernés par les risques de défaut de paiement. Mais sur ce plan, ils sont nettement plus inquiétés que leurs congénères avec un taux élevé à 51% contre 48%. Soit, 5% de plus qu’en décembre 2018 qui était de 46%. Ces derniers estiment d’ailleurs que ce seuil ne leur permet pas de payer des factures additionnelles inférieures ou égales à 200 dollars.

appel gratuit 0 800 250 300