Left Menu

Les prix de l’immobilier à Paris laissent très peu d’espoir à ceux qui veulent s’y investir

Paysage urbain de Paris dans la journée

Connue comme étant la ville de l’amour, Paris est également célèbre pour les coûts exorbitants de ses biens immobiliers que la métropole laisse très peu d’espoir à ceux qui veulent s’y faire une petite place. En effet, le prix du mètre carré y dépasse déjà les 9000 euros et va continuer de grimper pour frôler les 10 000 euros si l’on croit les prévisions des Notaires du Grand Paris.

D’après les Notaires du Grand Paris, ceux qui veulent investir dans la pierre dans la ville des lumières devraient encore s’attendre à une hausse des tarifs qui risque fort de s’élever à 9 920 euros par mètre carré d’ici juin pour afficher une croissance annuelle de trois à quatre fois plus élevée que le niveau d’inflation.

Autant dire que cette situation laisse très peu de chance à un bon nombre d’acquéreurs d’autant que cette tendance haussière concernera également les zones périphériques de la petite couronne que les Parisiens n’auront plus de choix que de se rabattre vers certaines régions de la grande couronne pour espérer trouver de meilleures propositions.

Le pouvoir d’achat des Parisiens dépassé de loin

La hausse de tarifs concernant les biens immobiliers à Paris ne date pas d’hier qu’elle a fini par dépasser de loin le niveau d’inflation ou encore le pouvoir d’achat des Parisiens dont la masse salariale moyenne annuelle évolue d’à peine 2%.

Il se trouve en effet que l’évolution de valeur au mètre carré dans la capitale française s’accélère trois à quatre fois plus vite que ces indicateurs si l’on croit une note des notaires publiées récemment qui a fait valoir que :

« Le prix des appartements a atteint 9 670 euros le m² à Paris en février 2019, en hausse de 6,4% en un an ».

Les auteurs de cette étude ont également rajouté que :

« D’après les prix issus des avant-contrats, le prix du mètre carré devrait atteindre 9 920 euros en juin dans la capitale et maintiendra une croissance annuelle de 6,5% ».

Et il faut croire que la situation concernera également les zones périphériques de la petite couronne dont la progression annuelle qui est actuellement estimée à 4,4% devrait atteindre les 5,3 à 6% pour afficher un tarif moyen au mètre carré de 4730 euros voire 5 790 euros dans certains départements comme celui des Hauts-de-Seine.

Des taux d’intérêt relativement bas pour sauver la mise

Malgré des prix immobiliers aussi élevés, force est de constater que certains ménages notamment des jeunes cadres, parviennent quand même à s’offrir un patrimoine en souscrivant à un prêt logement à long terme ou à recourir à d’autres offres d’emprunt comme le rachat ou le regroupement de crédits.

La raison est simple, la hausse de tarif est en partie amortie par un taux d’intérêt relativement bas que beaucoup d’emprunteurs sont prêts à s’endetter jusqu’à la retraite pour mener à bien leur projet d’acquisition.

Pour ceux qui ne peuvent ou qui ne désirent pas s’endetter davantage, ils préfèrent partir en quête d’offres immobilières plus accessibles dans les départements de la grande couronne. Là où la croissance annuelle des tarifs peine à dépasser 0,4% et où le prix le plus bas au mètre carré avoisine les 2 570 euros si l’on se réfère à la moyenne enregistrée en Seine-et-Marne.

appel gratuit 0 800 250 300