Left Menu

Les Mauriciens délaissent le prêt à l’habitat pour se tourner vers d’autres services d’emprunts

Île Maurice

À l’île Maurice, un certain changement s’est effectué dans le secteur bancaire en ce qui concerne les activités crédits. Les prêts habitats auraient la décote auprès des Mauriciens si les autres offres d’emprunts gagnent du terrain. C’est du moins ce qu’a laissé entendre la Banque de Maurice dans son dernier rapport portant sur la saison 2018.

Le 13 mai dernier, la Banque centrale de Maurice (BoM) a rendu publiques ses dernières statistiques portant sur la stabilité financière des habitants de l’Île sur la période de 2018. Il en ressort que la tendance est à la hausse en ce qui concerne les crédits bancaires accordés aux ménages traduisant ainsi une hausse de leur niveau d’endettement.

Toutefois, force est de constater que ces derniers donnent plus d’importance aux emprunts à long terme outre que le prêt immobilier. D’ailleurs, ils sont très peu nombreux à recourir aux systèmes de financement à court terme tels que les facilités de caisse ou autres services de ce genre.

Quand le prêt immobilier et les crédits à court terme cèdent la place…

Pour le secteur bancaire mauricien, la saison 2018 a été marquée par une tendance baissière en ce qui concerne certaines offres de crédits.

Ce serait bien le cas pour le prêt immobilier que malgré le recul des taux d’intérêt qui s’est retrouvé à 4,9% durant cette période, sa croissance a décéléré de 2,1 points à 65,3%.

Pareille situation pour les autres systèmes de financement à court terme tels que les découverts qui n’intéressent pas plus de 5% des foyers pour n’enregistrer plus que 4,7% des utilisateurs en juin 2018 pour descendre à 3,7% six mois après.

Ainsi, l’on peut en déduire que ces segments n’ont pas contribué à la hausse de l’encours des crédits enregistré durant cette saison qui est passée de 7,9% en juin à 8% en décembre pour relever le niveau d’endettement des foyers à 34,3% à fin 2018 contre 33,9% vers la moitié de l’année.

... D’autres services d’emprunts à long terme prennent la relève

Face à un contexte économique favorable, les Mauriciens sont devenus plus confiants quant à leur consommation qu’ils n’hésitent pas à s’endetter encore plus à travers différentes formes d’emprunts à long terme destinés acquérir des biens de consommation durables.

Certains recourent même au regroupement ou au rachat de crédits pour acheter du terrain, une voiture ou pour financer des projets d’investissement ou encore garantir les études des enfants. Résultat, le niveau d’endettement national des ménages par rapport au PIB a grimpé de 20,6% en juin avant de passer à 20,9% en décembre.

À noter que pour ces besoins de financement, le taux d’intérêt est plus élevé que celui du prêt au logement en affichant une moyenne de 6,5% à la fin de l’année dernière contre 4,9% pour l’habitat qui d’après Banque de Maurice continue d’entretenir une tendance baissière.

appel gratuit 0 800 250 300