Left Menu

Les Français sont plus que jamais en mode fourmis

pièces euros

Les Français sont depuis toujours en mode fourmis, mais tout semble indiquer qu’ils le sont encore plus depuis fin 2018 si l’on tient compte du niveau relativement élevé du taux d’épargne. Ce qui a permis d’ailleurs au Livret A et à l’Assurance vie de réaliser de très belles performances en matière de fonds collectés.

Baisse de l’inflation, primes de fin d’année, heures supplémentaires défiscalisées, une dizaine de milliards d’euros redistribués à travers le versement de l’acompte des réductions d’impôt en janvier... de nombreux facteurs sont entrés en scène pour améliorer le pouvoir d’achat des Français. Seulement, force est de constater qu’au lieu de consommer encore plus, ils préfèrent miser sur la prudence en mettant de l’argent de côté.

Pour preuve, le taux d’épargne en France a grimpé considérablement depuis 2018 pour atteindre le niveau record enregistré durant la crise des dettes souveraines. Ce qui se reflète d’ailleurs à travers les fonds collectés auprès des différents outils de placements tels que le Livret A ou encore l’Assurance vie.

La tendance est à l’épargne

Pour les Français, la tendance est plus que jamais à l’épargne. Malgré une nette amélioration du pouvoir d’achat, ils préfèrent rester prudents que même les emprunts bancaires, le rachat de crédits ou les facilités de caisse peinent à les inciter à consommer plus. Ce qui se reflète d’ailleurs à travers le recul du nombre des immatriculations de véhicules neufs ou la baisse de l’encours de l’investissement immobilier.

Et puisque les ménages veulent particulièrement mettre de l’argent de côté depuis fin 2018, ils ont permis aux différents outils de placement de trouver leur compte durant cette période. Ce serait bien le cas pour l’Assurance vie qui a enregistré une collecte brute de 50,4 milliards d’euros jusqu’en avril pour une collecte nette de 11,2 milliards d’euros.

Le Livret A aussi est de la liste. Avec un encours de 293,6 milliards d’euros (402 milliards d’euros en intégrant le LDDS), il a même battu un nouveau record pour une collecte positive de 1,9 milliard d’euros à fin avril et à 2,46 milliards d’euros, une fois associée à celle du LDDS.

À noter que pour retrouver de tels niveaux, il faudrait revenir 7 à 8 ans plus tôt, à l’époque de la crise des dettes souveraines quand la prudence était plus qu’une nécessité.

Différents facteurs y ont contribué

Il va sans dire que le taux d’épargne français a considérablement progressé ces derniers mois et différents facteurs y ont contribué.

Ainsi, tout comme la crise des dettes souveraines, le mouvement des Gilets jaunes y tient un rôle non négligeable en créant des incertitudes sociales et économiques dans le cœur des Français quant à leur lendemain. Résultats, ils sont devenus plus prudents dans leurs débours notamment en matière d’achats durables.

Après tout, ils étaient nombreux à réduire leur consommation faute d’accès aux centres-villes et aux centres commerciaux qui faisaient l’objet des blocages des manifestants.

L’on peut également citer le vieillissement de la population conduisant à moins de dépenses et à plus d’épargne ou encore la hausse des prix de l’immobilier engendrant plus d’apports personnels qui ne peuvent être réunis qu’en épargnant davantage.

Aussi, l’on peut pointer du doigt les variations de l’inflation qui sont principalement portées par l’effet yo-yo au niveau du marché des énergies et du pétrole.

appel gratuit 0 800 250 300