Left Menu

L’excès d’épargne des ménages freine la croissance économique de la France

 Gestion d'épargne par une femme

La consommation figure parmi les leviers de l’économie française. Seulement, il se trouve que ces derniers temps, les ménages se sont plus que jamais mis en mode fourmi que cigale en accordant beaucoup plus d’importance à l’épargne. Ce qui n’est pas sans impact négatif sur la croissance économique du pays.

La Banque de France a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la France pour cette année ainsi que celle d’après. Cet organisme estime en effet que le système devrait ralentir durant cette période en pointant du doigt un facteur majeur, l’excès d’épargne des Français qui a d’ailleurs atteint un niveau historiquement élevé cette année.

En effet, malgré un gain considérable de leur pouvoir d’achat, les ménages préfèrent miser sur la prudence en mettant de l’argent de côté plutôt que de le dépenser. À noter qu’à travers la consommation, le gain de pouvoir d’achat est réaffecté à l’économie réelle pour permettre à celle-ci de prendre son envol.

Les prévisions de croissance font machine arrière

La croissance économique de la France devrait afficher un ralentissement si l’on croit la Banque de France qui a récemment rendu publiques ses prévisions pour la période de 2019 à 2021. Cet organisme a en effet revu à la baisse ses estimations notamment pour cette année et celle d’après en réduisant à 1,3% contre 1,4% pour 2019 et à 1,4% contre 1,5% pour 2020.

En ce qui concerne 2021, les pronostics demeurent inchangés à 1,4%. Et pour la suite, la situation devrait s’améliorer si l’on croit Olivier Garnier, directeur général de cette institution qui a tenu à faire valoir que :

« Les gains de pouvoir d’achat, très significatifs depuis fin 2018 et qui ont pour l’instant été largement épargnés, devraient soutenir fortement la consommation des ménages au cours des prochaines années ».

Gain du pouvoir d’achat oui, mais…

Prime exceptionnelle défiscalisée, baisse de l’inflation, défiscalisation des heures supplémentaires ou hausse de la prime d’activité, nombreux sont les facteurs permettant au pouvoir d’achat des Français de se consolider. Et il le sera encore plus avec les différentes offres bancaires comme les facilités de caisse, le regroupement ou le rachat de crédits.

Soit autant de leviers conduisant la Banque de France à estimer que sa progression devrait même atteindre les 2,1% cette année pour afficher un niveau record jamais enregistré depuis 2007. Il se trouve cependant que cet embellissement ne profite pourtant pas à l’économie dont la croissance dépend de la consommation des ménages. À Olivier Garnier de préciser :

« Les gains de pouvoir d’achat ont pour l’instant été consommés plus lentement qu’escompté, les deux tiers d’entre eux ayant alimenté l’épargne ».

Olivier Garnier

Résultat, le taux d’épargne français a fait un saut vertigineux cette année pour atteindre la barre des 15,3%. Au lieu de dépenser, les ménages ont en effet fait ce qu’ils savent faire le mieux, mettre de côté de l’argent à travers l’Assurance-vie ou le Livret qui sont d’ailleurs leurs placements préférés.

Ce qui représente un frein à la croissance économique du pays, alors qu’elle est d’ores et déjà lestée par le ralentissement de l’économie mondiale.

appel gratuit 0 800 250 300