Left Menu

Différents facteurs ont conduit la Banque du Canada à maintenir sa politique monétaire

Banque du Canada

À travers un communiqué, la Banque du Canada a récemment rendu publique sa décision concernant sa politique monétaire pour les mois à venir. Ainsi, elle a fait valoir qu’elle a choisi de maintenir sa stratégie actuelle en considérant que cette dernière est parfaitement appropriée aux contextes sociaux, commerciaux et économiques du pays.

Comme s’attendaient de nombreux économistes, la Banque du Canada allait maintenir son taux directeur au même niveau que celui enregistré ces sept derniers mois. Chose faite d’ailleurs si l’on croit Stephen Poloz, le gouverneur de cette institution en annonçant la décision devant les presses, il a peu de temps.

Ce responsable a d’ailleurs profité de l’occasion pour affirmer que le degré de détente monétaire offert par le système actuel est adapté à la reprise économique du pays. Il a également soutenu que ce mécanisme est approprié aux risques commerciaux qui ne font que s’accentuer notamment au niveau international lié à la relation bilatérale du Canada avec la Chine et aux problèmes sino-américains.

Une décision influencée par différents facteurs

D’après le gouverneur Stephen Poloz, la décision de Banque du Canada à maintenir sa politique monétaire a été influencée par différents facteurs que l’organisme a pris en considération.

D’un côté, l’institution a tenu en compte certains points positifs. Ce serait bien le cas pour sa situation économique qui a repris de la couleur au second trimestre de cette année si l’on tient compte de certains signes tels que :

  • La reprise de dynamisme du secteur pétrolier ;
  • La stabilisation du marché national de l’habitation ;
  • La croissance accrue de l’emploi ;
  • La suppression des tarifs de l’acier et de l’aluminium.

S’ajoutant à cela, l’on peut citer la croissance, des investissements des entreprises, des exportations et des dépenses de consommation notamment portée par les différentes offres d’emprunts ou autres services de la même lignée comme les facilités de caisse ou le rachat de crédit. De plus, le pays peut désormais s’appuyer sur la ratification d’un accord de libre-échange nord-américain, destiné à soutenir ses investissements et ses exportations.

D’un autre, elle a considéré une situation quelque peu morose au niveau du commerce international. Dans ce domaine, la détérioration de la relation bilatérale avec la Chine est pointée de doigt puisque cette nation du soleil levant a bloqué ou restreint l’entrée de différents produits canadiens affaiblissant ainsi les exportations.

Et puisque la Chine et les États-Unis sont les deux principaux partenaires commerciaux du Canada, le problème commercial entre ses deux grandes puissances n’est pas sans impacts négatifs sur l’économie canadienne.

Le taux directeur pour équilibrer la situation

Compte tenu des différents facteurs susmentionnés, la politique monétaire actuelle de la Banque du Canada est maintenue. Dans son communiqué, l’organisme tient toutefois à préciser que :

Le conseil de direction continuera de prendre ses décisions de politique monétaire en fonction des données, et portera une attention particulière à l’évolution des dépenses des ménages, des marchés pétroliers et de l’environnement commercial international.

En attendant, le taux directeur demeurera inchangé pour se stabiliser à 1,75%. L’institution estime en effet que ce niveau offre un degré de détente monétaire capable d’équilibrer l’actuelle situation économique et commerciale du Canada. Dans son communiqué, elle a d’ailleurs tenu à préciser que :

Dans l’ensemble, les données récentes ont renforcé le point de vue du conseil de direction selon lequel le ralentissement survenu à la fin de 2018 et au début de 2019 était temporaire.
appel gratuit 0 800 250 300