Left Menu

La croissance économique 2019 de la France dépend du marché interne

bilelts euros en forme de l'année 2019

D’après l’Insee, la croissance de l’économie française devrait afficher une tendance haussière, malgré un ralentissement économique mondial. Cet organisme estime en effet que pour la saison 2019, le système serait propulsé par la hausse du pouvoir d’achat des ménages. À condition bien sûr que ces derniers se concentrent un peu plus sur la consommation que l’épargne.

La croissance économique 2019 de la France dépendrait du marché interne. C’est du moins ce qu’a fait valoir l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) à l’occasion de la récente publication de sa dernière note de conjoncture. L’Insee estime en effet que pour cette période, la France devrait afficher un accroissement annuel de 1,3% qui sera essentiellement porté par un gain considérable au niveau du pouvoir d’achat.

Mais pour y parvenir, il faudra que les ménages se mettent à consommer davantage, car pour l’heure, ces derniers sont motivés par un instinct de préservation les conduisant à mettre de l’argent de côté à travers les différents produits d’épargne.

L’épargne fait figure de rempart

D’après l’Insee, le pouvoir d’achat des Français devrait afficher une progression moyenne de 2,3% cette année. Soit, à un niveau élevé jamais atteint depuis 2007. Et la logique veut que ce gain profite à la consommation pour in fine se retrouver dans l’optimisation de l’économie réelle afin d’en assurer la croissance.

Après tout, outre le gain du pouvoir d’achat, les Français peuvent compter sur les offres bancaires comme le rachat et le regroupement de crédits ou encore les facilités de caisse pour améliorer leur niveau de consommation. C’est ce qui a d’ailleurs permis à l’Insee de dire que :

« Si 2018 a surtout été portée comptablement par le commerce extérieur, 2019 le serait davantage par la demande intérieure ».

Mais pour l’instant, il n’en est rien, l’épargne fait figure de rempart. Il se trouve en effet que les ménages sont encore en mode fourmis et semblent avoir oublié leur instinct de cigale. Et il faut dire qu’ils le sont davantage depuis le premier semestre de cette année si l’on tient compte du taux d’épargne global qui a affiché un accroissement considérable dépassant les 15% et qui devrait entretenir cette vitesse jusqu’en décembre. Une situation qui, selon l’Insee :

« Reflète, peut-être, dans l’ombre portée de la crise des « gilets jaunes », un climat teinté d’un peu d’attentisme ».

La reprise de la croissance économique est probable

Selon les prévisions de l’Insee, la reprise de la croissance économique française est probable et devrait afficher un niveau légèrement plus élevé que la moyenne européenne.

En effet, malgré l’appétence des ménages pour les produits d’épargne comme le Livret A ou l’Assurance-vie, le niveau de dépense enregistrera une certaine hausse de 0,3% au troisième et quatrième trimestre pour permettre à l’économie d’enregistrer un accroissement de 1,3% sur l’ensemble de l’année.

Et il faut dire que la Banque de France est aussi de cet avis en affirmant que :

« Les gains de pouvoir d’achat, très significatifs depuis fin 2018 et qui ont pour l’instant été largement épargnés, devraient soutenir fortement la consommation des ménages au cours des prochaines années ».

À noter que cette institution a dû revoir à la baisse ses pronostiques pour cette année et celle d’après pour les réduire respectivement à 1,3% contre 1,4% et 1,4% contre 1,5%. Toutefois, il faut préciser qu’elle a maintenu son diagnostic pour 2021 qui devrait enregistrer une progression de 1,4%.

appel gratuit 0 800 250 300