Left Menu

L’économie mondiale est menacée par le niveau d’endettement élevé de nombreux pays

 un professionnel devant un tableau de bourse

À travers une étude récente, l’Institute of International Finance (IIF) fait valoir qu’une menace plane sur l’économie mondiale, la tendance haussière de l’endettement de nombreux pays qui s’est particulièrement accélérée depuis quelques mois pour atteindre un niveau inquiétant. Et tout semble indiquer que cette situation concerne aussi bien les nations émergentes que les plus développées.

La croissance économique mondiale serait sur le point de faire machine arrière pour se retrouver dans un état d’hibernation à long terme si l’on croit Emre Tiftik. Ce directeur délégué de l’Institute of International Finance estime en effet que le système est menacé par le niveau d’endettement particulièrement élevé des pays émergents, mais également des nations développées.

En effet, les données récemment publiées par cette institution au premier trimestre de cette année portent à croire à cette éventualité. Et force est de constater que cette situation puise sa source à travers différents facteurs notamment liés à l’assouplissement des conditions d’emprunts.

Le monde est fortement endetté

Il suffit de porter un regard sur le dernier rapport de l’IIF pour se rendre compte que le monde est fortement endetté.

Rien qu’au premier trimestre de cette année, la dette des États a atteint le seuil des 1000 milliards de dollars en ce qui concerne les pays développés comme le Japon, la Finlande ou le Canada. Aux États-Unis, un record historique de 69 000 milliards de dollars a été enregistré en dépassant de 2 900 milliards la performance de 2018 sur la même période.

Avec 69 100 milliards de dollars à leur actif, les nations émergentes ressortent en tête de liste. Et comme pour les USA, ce montant représente toutes les catégories d’émetteurs comme l’État, les institutions financières ainsi que les entreprises non financières. Ce serait également le cas pour les ménages en tenant compte des facilités de caisse, des prêts à la consommation ou en encore du rachat de crédits.

Quoi qu’il en soit, cette somme dépasse largement le produit intérieur brut (PIB) de ces nations avec un rapport élevé à 216%. Soit, à un niveau critique. 

Et dans ce domaine, certains pays comme la Chine, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Corée du Sud, le Pakistan ou encore le Chili figurent en tête de liste. À noter que ce seuil est de 200 milliards plus élevée que celui de la saison précédente qui était de 68 900 milliards de dollars.

Une menace pour l’économie mondiale

D’après l’IIF, cette progression du niveau d’endettement est une menace pour l’économie. À Emre Tiftik de préciser :

« À l’avenir, un assouplissement généralisé des banques centrales pourrait bien déclencher une nouvelle accumulation de dettes, minant les efforts de désendettement et ravivant les inquiétudes sur les vents contraires à long terme pour la croissance mondiale ».

Emre Tiftik

Ce responsable estime en effet que les banques centrales y jouent un rôle non négligeable en misant sur des politiques monétaires accommodantes destinées à faire face aux tensions commerciales internationales. Ce qui a conduit les établissements bancaires à rabaisser considérablement les taux d’intérêt pour encourager les emprunts.

Et il faut dire que cette stratégie a porté ses fruits puisqu’au premier trimestre de cette année, l’encours mondial des obligations a progressé de 3 000 milliards de dollars pour atteindre la barre des 246 500 milliards de dollars à 320% du PIB. Soit un accroissement qui a permis à Emre Tiftik de dire que :

« À la faveur de l’assouplissement substantiel des conditions financières, les emprunteurs se sont endettés au premier trimestre 2019 au rythme le plus rapide en plus d’un an ».

Emre Tiftik

appel gratuit 0 800 250 300