Left Menu

Les taux actuellement bas sont profitables à tous les ménages endettés

gestion de dettes

Pour stabiliser l’économie, les banques centrales européennes ont instauré une politique monétaire, caractérisée par le maintien des taux à un niveau plancher. Les emprunteurs immobiliers en tirent leurs avantages étant donné les moindres intérêts que proposent les banques. Toujours est-il que d’autres formes d’endettement peuvent aussi y trouver solutions. D’autant que les endettés peuvent faire jouer la concurrence pour bénéficier d’une meilleure condition.

Ces trois dernières années ont été marquées par la faiblesse des taux d’emprunt en France, notamment ceux des prêts immobiliers. Certes, diverses prévisions ont amené les acteurs du domaine à espérer une hausse en 2017 et 2018, mais les remontées, s’il y avait eu, étaient des moindre pour le plus grand bonheur des débiteurs.

Ainsi au mois de novembre dernier, le crédit à l’habitat (toutes durées confondues) générait un peu plus de 1% en moyenne. Un taux nettement attrayant en comparaison à celui appliqué il y a dix ans, et même bien avant cela.

Et force est de reconnaître qu’il n’y a pas que les nouveaux emprunteurs qui en profitent. Ceux qui sont endettés pour plusieurs années peuvent aussi y trouver leur compte, en renégociant leurs conditions d’emprunt que ce soit auprès de son agence actuelle ou auprès d’un établissement concurrent.

Des taux attractifs depuis trois ans

Acquérir un bien immobilier nécessite, dans la plupart des cas, un financement bancaire. Et l’environnement des taux bas, dans lequel évoluent les banques, est une opportunité à saisir. Il s’avère, en effet, que les intérêts réclamés par ces organismes prêteurs se trouvent à un niveau des plus bas depuis 2016.

Concrètement, la moyenne des taux, quelle que soit la durée de l’emprunt, s’élevait à 1,44% en novembre 2018 (à 1,63% pour les crédits sur 25 ans). C’est en tout cas ce que révèlent les données statistiques de l’Observatoire Crédit-Logement.

Cette situation intéresse essentiellement les futurs acquéreurs quoique les débiteurs, dont le remboursement s’étale encore sur plusieurs années, puissent aussi y trouver des avantages. Tout comme les ménages qui se sont trouvés surendettés suite à des souscriptions consécutives de dettes.

En effet, il est possible de contracter plusieurs crédits en France, outre son financement à l’habitat. Si l’on ne cite que le prêt à la consommation, la location avec option d'achat (LOA) qui s’apparente du point de vue technique à un prêt personnel et les achats sur les sites e-commerce en paiement échelonné.

Les banques proposent des solutions pour alléger les mensualités

Il va sans dire que la détention de plusieurs dettes à rembourser affecte notablement la trésorerie des ménages. Pour pallier ce risque de surendettement, les banques offrent à leur clientèle la possibilité de regrouper leurs prêts en une seule mensualité. Un nouvel échéancier sera alors mis en place en vue d’abaisser le montant de cette dernière. Mais cette baisse qui soulagera plus d’un pourrait avoir un effet trompe-l’œil, car le taux ne régressera pas pour autant.

Procéder à un rachat de crédits est également possible. Dans ce cas, la compétition entre les banques jouera en faveur du débiteur étant donné que l’agence concurrente aura tout intérêt à proposer un taux plus attrayant si elle veut attirer le client dans son panier.

Toujours est-il que cette solution n’est bénéfique pour l’emprunteur que si l’écart entre taux actuel et la nouvelle proposition dépasse 0,7 point. Et pour cause, des PRA (pénalités de remboursement anticipé) sont encore à régler auprès de son ancien créancier.

appel gratuit 0 800 250 300