Left Menu

Les ménages canadiens explosent le taux d'endettement

maison canadienne

Canada fait partie des pays où la population est fortement touchée par l'endettement. Les facteurs entourant le secteur du crédit font que les taux d'intérêt augmentent sans cesse. Toutefois, ce n'est pas toutes les branches qui sont sujettes à cette hausse. Néanmoins, les ménages, si l'on croit les chiffres, en payent les conséquences.

Nombreuses villes situées au Canada affichent des pourcentages assez choquants en matière d'endettement. Les foyers ont du mal à rembourser leurs dettes pour deux raisons bien distinctes.

D'une part, le taux extrêmement variable dont les maisons de crédit appliquent pénalise les emprunteurs à faible revenus. La deuxième raison concerne justement les salaires perçus par ces derniers. Leur capacité de remboursement est loin de correspondre au montant total à rembourser.

Les conséquences de cette situation se répercutent sur l'économie du pays. Si l'on ne parle que de l'effet des dettes sur le niveau de consommation de la population, on est en mesure d'évaluer son impact négatif qui pourrait se traduire par la suspension des activités des maisons de crédit ou l’augmentation du taux de chômage.

Un ratio non équilibré du revenu et de la dette

Afin d'évaluer la solvabilité des emprunteurs, faire le point sur le ratio du crédit à rembourser ainsi que du revenu s'impose. Ainsi, les experts constatent une disparité entre le niveau de l'endettement et celui du pouvoir d'achat.

Par le biais de ce rapport, il est en effet possible de tirer une conclusion comme quoi les prêts fragilisent davantage les ménages qui ont tendance à multiplier leurs dettes. Le problème est que l'augmentation des crédits ainsi que celle des revenus ne suivent pas le même rythme.

D'ailleurs, plusieurs grandes villes du Canada témoignent de cette situation pénible. Entre autres, Vancouver passe devant Toronto qui affiche un ratio de 208%, avec 242%. Saint John est certes un peu plus modeste sur le sujet mais ce n'est pas pour autant qu'il est dans la bonne voie en enregistrant 106%.

Malgré ces unités très en hausse, quelques régions ont montré un brin d'évolution en revoyant à la baisse cette proportion comme pour le cas de Calgary et Edmonton qui grâce à l'augmentation des revenus de la masse, ont redressé la barre à -7,9 et -8,3 points.

La hausse du taux d'intérêt ne concerne pas tous les crédits

Les ménages surendettés doivent prendre des initiatives. Autrement, ils risquent de se trouver dans l’incapacité d’honorer leurs obligations. Par rapport à cela, le regroupement de crédits s'avère être une solution permettant de mieux gérer toutes les dettes mais surtout de payer de moindres mensualités.

Dans la mesure où les taux augmentent, le montant à rembourser peut effectivement dépasser le budget alloué aux différents emprunts. Toutefois, ce ne sont pas toutes les branches qui en sont concernées.

Le crédit auto, par exemple, en est épargné. Ainsi, les ménages investissant dans ce sens n'ont pas beaucoup à craindre. Par contre, les prêts hypothécaires sont quelque peu indomptables. Ainsi, ils participent grandement à l'endettement des ménages. Cependant, il est à noter que les coûts liés à cette offre sont suffisamment stables. De ce fait, les emprunteurs pourront facilement y voir plus clair.

appel gratuit 0 800 250 300