Left Menu

2019 réserve de mauvaises surprises pour les entreprises françaises

documents d'entreprises

L’année dernière était plutôt mouvementée pour les entreprises françaises si l’on tient compte de l’accroissement considérable du nombre de structures ayant été contraint de déposer le bilan durant cette période. Et selon les prévisions d’une société d’assurance-crédit, leur peine n’est pas près de s’estomper puisque 2019 leur réserve encore de mauvaises surprises.

2018 a été une saison particulièrement rude pour l’entrepreneuriat en France. Le système aurait enregistré une hausse significative en matière de défaillances d’entreprises qui a largement dépassé les résultats enregistrés durant la période de 2017.

Différents facteurs seraient à la source de cette tendance si l’on croit les analyses d’Euler Hermes qui s’est penché sur l’état de santé du secteur. Cet établissement de crédit et d’assurance prévoit même que ce penchant pourrait bien se poursuivre en 2019. Et une fois de plus, la faiblesse du pouvoir d’achat des ménages associée à la croissance du taux d’endettement des entrepreneurs est pointée du doigt.

2019 ne sera pas mieux que 2018

En affichant une hausse de 6,4% au troisième trimestre et une croissance de 3,4% au quatrième de l’année dernière par rapport en 2017, les défaillances d’entreprise ont fortement marqué le système entrepreneurial de la France. Et 2019 ne sera pas mieux avec 2% de plus si l’on se réfère aux prévisions d’Euler Hermes.

Pour cet organisme, 1 100 sociétés supplémentaires risquent fort de rejoindre les rangs de celles déjà contraintes de déposer le bilan durant la saison précédente en notant que cette difficulté concernait toutes les structures, qu’importe leur taille. Au détail :

  • Accroissement de 5% pour celles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 250 000 euros ;
  • Hausse de 4% pour celles dont le chiffre d’affaires est compris entre 250 000 et 500 000 euros ;
  • 19% pour celles dont le chiffre d’affaires est supérieur à 15 millions d’euros.

Différents facteurs pointés du doigt

Selon Euler Hermes, le rebondissement de la défaillance des structures entrepreneuriales en France serait engendré par plusieurs facteurs.

Pour ce qui est de 2019, il serait étroitement lié à l’accroissement du taux d’endettement des sociétés dont la majorité peine à honorer leur dette même en recourant au regroupement de crédits ou autres solutions. À Stéphane Colliac de chez Euler Hermes d’ajouter :

« Alors qu’elle représentait 71,7% du PIB en 2017 et 74% en 2018, la dette des entreprises françaises devrait atteindre 76% du PIB fin 2019, un niveau record. Coincées entre débouchés stagnants et endettement croissant, de nombreuses entreprises françaises seront mises en difficulté cette année ».

Stéphane Colliac

Et comme pour l’an dernier, la faible croissance du pouvoir d’achat des ménages revient sur la table pour cette saison qui d’après cet économiste en charge de la France :

« En 2019, la consommation des ménages ne croîtra que de +0,8% (comme en 2018), tandis que l’investissement des ménages reculera de -0,5% (+1,6% en 2018) ».

Stéphane Colliac

Ainsi, cette réticence enregistrée auprès des foyers impacte négativement le chiffre d’affaires des différentes structures en contribuant à la hausse du risque d’impayé et au niveau relativement faible des taux de marge de ces dernières qui devraient demeurer à 32%.

appel gratuit 0 800 250 300