Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

La situation économique et financière du Québec a montré des signes encourageants

monnaie canadienne

Le 21 novembre dernier, le Ministère des Finances a fait le point sur la situation économique et financière du Québec. L’occasion pour le ministre Éric Girard de faire savoir que dans ces domaines, cette province canadienne était au mieux de sa forme en 2018 en affichant des performances plus qu’encourageantes.

Pour la toute première fois en l’espace de plus de deux ans, l’agence de notation DBRS Morningstar de Toronto a accordé une bonne note au Québec en matière de santé financière et économique, alors que différents cabinets de la même lignée s’y sont lancés depuis longtemps en lui attribuant une cote de crédit AA (faible).

N’empêche qu’il s’agit là d’une bonne nouvelle pour cette province puisque cela démontre que l’amélioration de sa situation a été enfin reconnue. À travers un rapport récemment publié, le Ministère des Finances en a d’ailleurs donné la preuve en mettant en exergue les différents indicateurs permettant de justifier cette annotation plus qu’encourageante.

Les agences de notation sont désormais sur la même longueur d’onde

Aux yeux principales agences de natation à l’instar de la New-Yorkaise Standard & Poors, et d’un cabinet implanté à Londres et à Tokyo, l’état de santé économique et financière du Québec était au mieux de sa forme depuis des années. Raison pour laquelle, cette province canadienne a eu le mérite d’obtenir une cote de crédit très solide de niveau AA (faible).

Ce qui n’est pourtant pas de l’avis de DBRS Morningstar de Toronto qui a maintenu sa position au niveau A (élevé) sur une très longue période. Du moins, jusqu’en mi-novembre de 2019 où l’enseigne a rejoint le groupe en décidant enfin d’accorder au Québec la note tant attendue (AA).

Ainsi, les principaux observateurs spécialisés de ce domaine sont désormais sur la même longueur d’onde. Et il faut dire qu’ils ont toutes les raisons d’y croire si l’on se réfère au récent rapport du Ministère des Finances qui a mis en exergue les performances de la région de l’année dernière à travers différents indicateurs.

Les indicateurs ont viré au vert

Avec une cote de crédit AA, Québec figure désormais parmi les régions canadiennes à afficher une santé économique et financière solide. Et ce, malgré un niveau élevé d’endettement porté par l’engouement des ménages aux différentes offres de prêts comme les rachats de crédits, les facilités de caisse ou encore les emprunts à la consommation et à l’habitat.

Une situation qui n’a cependant pas d’impact négatif sur le quotidien des Québécois puisque ces derniers ont, depuis des années, bénéficié d’un taux d’intérêt relativement faible garantissant un reste à vivre non négligeable.

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont conduit le Québec à améliorer la performance de l’un de ces indicateurs de croissance, le taux d’épargne. En effet, pour la toute première fois depuis 1996, ce placement a, en 2018, effectué un bond considérable de 6,2%, alors que le gouvernement n’espérait atteindre la barre des 6,1% qu’en 2020 contre 5,9% pour 2019.

Mais il ne s’agit pas là de l’unique indice puisque l’on peut également deux éléments essentiels. À savoir :

  • La hausse de 4,6% des recettes fiscales des particuliers par rapport en 2018 et qui devrait atteindre la barre des 5,1% entre 2020 et 2021 ;
  • La baisse relative de la péréquation qui s’est retrouvée à 66,2% de l’enveloppe totale et qui devrait descendre à 59,6% d’ici quatre ans.

À noter que la péréquation est un budget gouvernemental canadien destiné à rehausser la recette fiscale des provinces les plus pauvres vers la moyenne. Raison pour laquelle, cette part est sur une tendance baissière puisque le Québec est en train de s’enrichir.

appel gratuit 0 800 250 300