Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

La santé financière des Canadiens varie d’une région à l’autre

Vancouver

L’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) a récemment rendu publics les résultats de ses études visant à faire état des lieux de la santé financière des Canadiens. Il en ressort que la situation des ménages varie d’une région à l’autre et que la disparité sociale est flagrante.

Dans le cadre de ses études l’OCRCVM, s’est approché des villes canadiennes de plus de 100 000 habitants dans le but d’analyser le niveau de pauvreté dans les quartiers, l’endettement, le revenu et les actifs de la population. Son objectif, faire un diagnostic sur la santé financière des ménages.

Dans son rapport récemment publié, l’Organisme a ainsi fait valoir que la disparité sociale existe bel et bien dans le pays albertain où l’on constate que certaines régions sont plus riches ou plus pauvres que d’autres.

Par la même occasion, cette note a également permis de voir que le Canada n’est pas à l’abri d’une éventuelle crise économique dans l’optique où les taux d’intérêt des crédits venaient à grimper, alors que les Canadiens sont d’ores et déjà fortement endettés.

Les Canadiens sont fortement endettés

En tenant en compte de tous les supports permettant de souscrire à une dette comme le rachat de crédits, les facilités de caisse, les prêts à la consommation ou à l’habitat, l’OCRCVM est parvenu à dire que les Canadiens sont fortement endettés. Dans son rapport, il a d’ailleurs fait valoir que le ratio dettes-revenus de ces derniers a atteint un niveau inquiétant en frôlant la barre des 150% dans certaines villes comme :

  • Saskatoon ;
  • Calgary ;
  • Guelph;
  • Victoria ;
  • Kelowna;
  • Barrie ;
  • Oshawa ;
  • Toronto ;
  • Abbotsford-Mission et Vancouver.

Ce qui n’est pas sans risques si l’on croit l’Organisme qui y voit une potentielle source de crise économique en cas d’éclatement de bulle porté par une éventuelle tendance haussière des taux d’intérêt, alors que les ménages disposent de très peu de moyens pour y faire face.

La preuve, 49% de la population totale vivent d’un chèque à l’autre, 19% ne sont tout simplement pas en mesure de dépenser 2 000 dollars pour répondre à leurs besoins quotidiens et ils sont très peu nombreux à parvenir à mettre de l’argent de côté. Dans sens, cette note a d’ailleurs indiqué que même les propriétaires de logement peinent à épargner avec un taux limité à 1,7% de leurs revenus annuels.

Ainsi, l’OCRCVM estime que la majorité des Canadiens sont désormais vulnérables. Toutefois, il a tenu à préciser que certaines villes sont plus exposées que d’autres notamment à cause du niveau relativement faible de leurs revenus comme pour le cas de :

  • Saint-Jean (Terre-Neuve) ;
  • Barrie ;
  • Oshawa ;
  • Regina ;
  • Abbotsford-Mission.

La disparité sociale se fait remarquer

En concentrant son regard sur le revenu global des ménages, l’OCRCVM est parvenu à conclure que la disparité sociale est bien d’actualité au Canada pour lui permettre de mettre en exergue trois catégories différentes :

  • Les personnes avec un patrimoine important, mais aussi avec un haut niveau d’endettement ;
  • Les individus avec un taux de pauvreté plus élevée, en raison des moyens plutôt limités, de leurs faibles patrimoines et d’un niveau d’endettement bas ;
  • Les ménages qui vivent avec des moyens limités, mais présentant un niveau de pauvreté moins important que la moyenne canadienne.

Dans les détails, ce classement a aussi permis de constater que la situation varie en fonction des villes. Pour ce qui est de la première classification par exemple, l’on constate que les habitants sont principalement concentrés à Kelowna, Toronto, Guelph, Vancouver et Calgary. Québec, Halifax, Thunder Bay et Windsor pour la seconde ligne et Moncton, Saint-Jean (N.-B.), Belleville, Brantford, et Sainte Catherine’s-Niagara pour la troisième.

À noter toutefois que malgré cette différence et ce niveau d’endettement relativement élevé, le Canada demeure une destination de rêve pour ceux qui sont en quête des meilleurs endroits pour vivre.

appel gratuit 0 800 250 300