Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

L’accès à la propriété est comme un rêve inaccessible pour les milléniaux Canadiens

 accès maison

L’accès à la propriété est comme un rêve inaccessible pour les milléniaux canadiens. C’est ce qui ressort de la dernière enquête initiée par le baromètre KPMG publié récemment. Un rapport qui a permis de découvrir que ces derniers se doivent de faire face à des défis non négligeables avant d’espérer devenir propriétaire.

En effectuant un sondage auprès de 2 500 Canadiens, dont 1000 milléniaux, le baromètre KPMG a découvert qu’au Canada, 72% de la population âgée de 23 à 38 ans rêvent de devenir propriétaires.

Cependant, ils sont tout aussi nombreux (46%) à penser qu’il est presque impossible d’atteindre ce but dans les meilleures conditions, malgré des revenus largement supérieurs à ceux des plus âgés.

L’agence en explique les raisons à travers deux éléments cruciaux, le niveau élevé de l’endettement des ménages et l’envolée des prix des logements. Des barrières difficiles à enjamber pour un bon nombre d’individus qui doivent patienter plus d’une décennie avant de toucher leur objectif au risque de mettre à mal leur retraite.

Les milléniaux en mauvaise posture

Au Canada comme dans de nombreux pays, différents types d’emprunts comme le prêt habitat ou les rachats de crédits permettent aux ménages de réunir les fonds nécessaires pour devenir propriétaires. Toutefois, force est de constater que, malgré ces sources de financement, les Canadiens éprouvent beaucoup de peine à accéder à la propriété.

Une situation qui concerne principalement les milléniaux si l’on croit les résultats de l’étude menée par KPMG sur ce sujet, alors que par rapport à celui des générations précédentes, leur niveau de revenus est de loin plus important.

Résultat, 46% d’individus âgés de 23 à 38 ans interrogés estiment qu’ils auraient beaucoup de mal à atteindre leur but, alors que 76% d’entre eux ambitionnent de vivre un jour dans leur propre maison.

Ce qui serait d’ailleurs possible sauf que ces derniers se doivent de patienter au moins 13 ans avant de pouvoir réunir les 20% nécessaires qui leur serviront d’apport dans le cadre d’un prêt en notant que pour leurs ainés, cette part était de 5%.

Et même s’ils y parvenaient, KPMG estime que ce n’est pas sans risques pour leur retraite. Tout simplement parce que cette option leur fera perdre 8 ans de cotisation au point de mettre à mal la situation financière qui devrait assurer leurs vieux jours.

Dettes et prix élevés comme remparts

À travers cette enquête, KPMG a démontré que l’accès à la propriété est désormais de plus en plus difficile pour les Canadiens. Et d’après ce baromètre, le niveau élevé de l’endettement des ménages y serait pour beaucoup en précisant dans une note que :

« Au Canada, le ratio de la dette au revenu disponible est passé de moins de 87% en 1990 à plus de 175% à la fin de 2018 ».

Ce rapport a même démontré que la situation est d’autant plus difficile pour les milléniaux en faisant valoir que ce rapport est élevé à 216% pour ces derniers, alors qu’il était respectivement de 80% et 125% pour les boomers et la génération X au même âge.

Et il faut dire la tendance haussière du prix de l’immobilier qui s’est enclenché depuis des années n’est pas pour arranger les choses si l’on croit un responsable de chez KPMG qui s’est exprimé en ces termes :

« Confrontés à l’envolée des prix des logements, à un niveau d’endettement élevé et au fait que les revenus annuels ne couvrent qu’une fraction du coût d’acquisition d’une propriété par rapport à ce qui était le cas pour la génération de leurs parents, de nombreux milléniaux considèrent la propriété comme un rêve inaccessible ».
appel gratuit 0 800 250 300