Left Menu

Le dynamisme du marché de l’immobilier résidentiel puise sa force auprès du prêt habitat

graphique sur la tendance immobiliere

À travers son rapport annuel sur le financement de l’habitat, l’ACPR a fait valoir qu’en 2018, comme les années précédentes, le marché de l’immobilier résidentiel a continué d’afficher un excellent dynamisme. Ce fut également l’occasion pour organisme de faire savoir que cette embellie puise principalement sa force auprès du prêt habitat.

Une fois de plus, le marché de l’immobilier résidentiel a démontré sa vitalité. Les données chiffrées de L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) sur la période d’exercice de 2018 en donnent la preuve. À travers le nombre de ventes réalisées durant cette saison, l’institution a en effet démontré que le système continue de progresser massivement pour dépasser largement la moyenne enregistrée depuis près de deux décennies.

Malgré la hausse constante au niveau des prix, les Français se ruent en effet dans l’investissement dans la pierre. Et d’après l’ACPR, cet engouement s’explique par des conditions d’octroi relativement souple du prêt habitat.

Le prêt à l’habitat comme levier

Avec la tendance haussière du prix de l’immobilier qui ne fait que s’accentuer depuis 2000, la logique veut que les transactions qui en sont liées soient en baisse. Mais il n’en est rien puisqu’au contraire, les Français continuent d’investir dans la pierre.

Tout cela, parce que les ménages sont en mesure de supporter cette progression notamment, grâce à l’assouplissement des conditions d’octroi de prêt à l’habitat pour permettre à ce système de prêt de réaliser une production annuelle de 203 milliards d’euros. Un montant particulièrement élevé comparé à la moyenne enregistrée depuis 2003, mais en baisse de 26% par rapport à la saison précédente suite au recul 67% des rachats de crédits externes.

Le fait est que les ménages ont été séduits par les taux bas des intérêts qui ont affiché une moyenne de 2,2% et qui continuent leur descente pour se retrouver à 2% en début 2019. L’on peut également énumérer les durées de remboursement prolongées ou encore le montant du prêt qui a haussé de 5,5% à 17 0187 euros pour dépasser la valeur moyenne du bien.

Soit, autant de leviers qui a permis à l’encours des crédits à l’habitat d’enregistrer un accroissement de 5,8% pour lui permettre d’atteindre la barre des 1 010 milliards d’euros à l’horizon 2018.

Le marché immobilier foisonne

Poussé par le prêt à l’habitat, le marché immobilier n’a de cesse d’afficher son dynamisme. Les données publiées par Autorité de contrôle prudentiel et de résolution en juillet dernier en donnent la preuve en faisant valoir qu’en matière de transaction, ce segment a atteint un niveau record jamais atteint depuis près de 18 ans.

En effet, depuis 2000, le niveau moyen enregistré éprouve beaucoup de peine à dépasser le seuil des 788 000 maisons vendues en une année. Pourtant, le système n’a eu aucun mal à toucher la barre des 970 000 unités en 2018.

Soit une excellente nouvelle pour les promoteurs immobiliers qui tirent leur épingle du jeu notamment, grâce à la tendance haussière de prix à la vente. Soit une croissance tarifaire qui a atteint un niveau élevé si l’on croit les données de l’Insee qui a noté une hausse de :

  • +3,2% en métropole ;
  • +4,2% en Île-de-France ;
  • +2,8% en Province.

Et avec les taux d’intérêt qui continuent leur chute, ces opérateurs peuvent s’attendre à davantage de marge bénéficiaire d’autant qu’en début 2019, ce rapport s’est déjà retrouvé à 2% s’il était encore à 2,2% en 2018.

appel gratuit 0 800 250 300