Left Menu

La chute des prix sur le marché immobilier italien encourage les investissements dans la pierre

paysage italien

En affichant une tendance baissière depuis des années, le prix de l’immobilier se retrouve à un niveau relativement faible au coût au mètre carré en France. Différentes raisons en seraient la cause, mais il faut dire que cette situation n’a pas manqué de susciter l’intérêt des investisseurs qui y voient un beau potentiel notamment à travers les activités locatives.

Avec un coût maximum au mètre carré qui peine à dépasser la barre des 4 000 euros, autant dire que le prix de l’immobilier en Italie est nettement plus abordable qu’en France où l’on peut répertorier des tarifs pouvant atteindre les 10 000 euros dans les grandes villes comme Paris.

En effet, si la tendance est à la hausse sur le marché français, celui de l’Italie a enclenché la marche arrière depuis des années pour différentes raisons. Ce qui n’est pas pour déplaire à tous ceux qui veulent se créer un patrimoine dans le pays puisqu’ils sont désormais de plus en plus nombreux à s’y lancer.

L’heure est à l’investissement

Avec la baisse des prix de l’immobilier, l’heure est à l’investissement dans la pierre pour les natifs ainsi que les étrangers comme les quelque 44 000 Français qui s’y sont expatriés.

Dans ce sens, l’institut Nomisma prévoit une croissance considérable du nombre de transactions liées à l’acquisition d’un logement cette année pour atteindre le seuil des 580 000 si ce niveau était de 593 000 en 2013. Et avec la tendance baissière des prix qui s’est effectuée depuis près d’une décennie, il faut dire qu’il y a de quoi susciter l’engouement.

Dans la Botte, un recul de 6 % a en effet été enregistré en dix ans. Et rien qu’en 2018, une régression de 3,8 % a été répertoriée pour diminuer respectivement le coût moyen au mètre carré d’un appartement et d’une maison à hauteur de 1 898 euros et de1 780 euros.

Avec une telle décroissance, le tarif immobilier dans l’ensemble du pays est désormais plus accessible que jamais puisque même dans les villes les plus chères comme Florence, Turin, Naples et Bologne, il peine à dépasser les 4 000 euros/m². À noter que dans ces contrées, la valeur a crû de 15 % en trois ans et de 10 % l’année dernière.

Ce qui ne décourage cependant pas les acquéreurs qui n’hésitent pas à user de tous les moyens financiers nécessaires pour mener à bien leur projet en recourant principalement aux emprunts bancaires, à un rachat de crédits ou tout simplement en mettant de l’argent de côté.

Et il faut dire qu’ils ont raison d’y concentrer davantage leurs efforts puisqu’avec 400 000 euros en compte, ils ont toutes les chances d’obtenir un habitat de 60 m² à Venise qu’ils pourront par la suite mettre en location. Un choix judicieux si l’on croit un spécialiste du domaine qui a tenu à faire savoir que :

À l’arrivée, même en reversant 15 % des recettes à une agence et en payant une taxe d’environ 20 % sur les loyers, il est possible d’obtenir une rentabilité nette de 8 % à 10 %.

Une tendance baissière portée par différents facteurs

Il va sans dire que l’engouement des investisseurs dans l’acquisition d’un bien immobilier est principalement lié à la tendance baissière du tarif qui s’est enclenchée depuis des années et qui tend à se perpétuer, grâce à différents facteurs.

Ainsi, tout indique qu’elle a pris racine en 2008 et 2015, les périodes durant lesquelles le pays était contraint de faire face à la crise des dettes souveraines pour faire chuter de 6 % les prix en l’espace d’une décennie. Mais ce n’est que l’élément déclencheur puisque l’on peut citer d’autres raisons comme :

  • La faiblesse du taux de natalité réduisant les besoins en logement d’autant que les enfants ne quittent le foyer familial qu’à l’âge de 35 ans et après avoir économisé suffisamment pour acquérir un nouveau logement.
  • Le fait que 80 % des Italiens sont déjà propriétaires ;
  • Le manque d’attractivité du système pour inciter les héritiers à vendre leurs patrimoines qui se retrouvent valorisés à six fois moins cher par rapport à la valeur réelle.
appel gratuit 0 800 250 300