Left Menu

La suppression de la cotisation chômage améliore le gain des salariés

bulletin de salaire

Depuis octobre, la cotisation d’assurance-chômage a été supprimée définitivement dans les bulletins de paie. En raison de cette modification, les travailleurs des entreprises privées perçoivent désormais jusqu’à 22 euros mensuels nets supplémentaires. De quoi rehausser leur pouvoir d’achat et arrondir leur fin du mois. Cette économie permettrait surtout de compenser la hausse des contributions sociales généralisées.

En analysant, le changement peut être associé à la suppression des cotisations maladie survenue au début de l’année. Il s’agirait ainsi d’une démarche gouvernementale qui vise à augmenter le pouvoir d’achat des salariés. À la différence des fonctionnaires, les employés dans le secteur privé sont alors avantagés vis-à-vis de la situation.

Ainsi, grâce à ce gain supplémentaire qui s’affichera inéluctablement sur la fiche de paie, des changements positifs sont attendus du côté financier des ménages français. Ce serait bien le cas pour les projets immobiliers dont les conditions seront plus favorables en matière de crédit. La réduction du taux d’endettement en sera également un atout non négligeable.

L’amélioration du pouvoir d’achat dans le privé

Si auparavant, la contribution sociale généralisée (CSG) était de 7,5%, cette année elle a gagné 1,7 point. Soit, 9,2% de plus à retenir sur les salaires et les primes. Le gouvernement en est conscient et c’est l’une des principales raisons qui le pousse à effectuer quelques changements en supprimant la cotisation maladie en janvier et celle du chômage en début d’octobre.

Pour parler des conséquences, le pouvoir d’achat dans le privé s’est alors amélioré considérablement. D’après l’exécutif, ces mesures seront majorées mensuellement de quelques dizaines d’euros pour la majorité des salariés, grâce à une croissance de 1,4% du salaire brut. Mais les études ont montré que ces chiffres varient actuellement entre 17 à 22 euros.

Du côté des fonctionnaires, l’augmentation est corrigée par la prime compensatoire évaluée à 1,67% du salaire brut. Avec une hausse sensiblement inférieure à leur rémunération, l’on peut dire que ces derniers continuent de percevoir le même niveau de paie, reflétant la stagnation de leur capacité d’achat. Le ministre des comptes publics a même annoncé le gel de leur point d’indice.

Des conditions améliorées en investissement immobilier

La majoration du salaire est toujours avantageuse pour faciliter l’accès aux offres immobilières. Par conséquent, l’emprunteur peut modifier les clauses de sa dette soit en rabaissant le montant, ou en écourtant la durée. Par ailleurs, il est également en mesure bénéficier d’un meilleur « reste à vivre ».

Les travailleurs qui bénéficient de ce privilège peuvent alors changer les modalités de leurs emprunts. Cela consiste à accroître la valeur de la somme payée par mois de 10 à 30% au bout d’une année à deux ans de prêt.

Cette option de modularité qui aligne les mensualités à l’évolution de la situation financière permet la diminution du coût global.

Grâce à cette suppression totale de la cotisation chômage qui s’est opérée au mois d’octobre, le pouvoir d’achat immobilier sera également amélioré. Soit, 1m² de plus pour les revenus modestes (SMIC) et dans les 5 m² pour les rétributions dépassant le seuil des 6 000 euros.

En outre, avec ce gain supplémentaire, une personne qui a contracté plus d’une dette et qui souhaite diminuer le montant de ses remboursements mensuels peut opter pour lerachat de crédits. Cette solution qui consiste à rassembler plusieurs prêts en une mensualité unique est bénéfique parce qu’elle permet une meilleure maîtrise du budget.

appel gratuit 0 800 250 300