Left Menu

Les résultats économiques positifs des États-Unis en cacheraient des négatifs

drapeau americain

Aux États-Unis, notamment depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, la croissance économique du pays de l’oncle Sam ne connait que des résultats encourageants quitte à faire pâlir de jalousie les Européens et les autres nations de par le monde. Mais d’après les observateurs, cette apparence luisante cacherait une réalité quelque peu décevante.

Des indices boursiers qui battent tous les records, une croissance de la consommation des ménages et des salaires… autant d’indications qui permettent d’affirmer que la santé économique des États-Unis a atteint son zénith. Donald Trump ne se lasse d’ailleurs pas de s’en vanter depuis son arrivée au pouvoir, il y a de cela plus d’une vingtaine de mois. Après tout, il suffit de se référer au PIB (produit intérieur brut) de cette nation pour s’en apercevoir. Celui-ci a facilement dépassé les 4%, rien que pour le second trimestre de cette année en rythme annuel.

Quoi qu’il en soit, ces résultats ne peuvent cacher la réalité quotidienne des Américains. Celle qui met en exergue l’endettement de chaque foyer qui a dépassé un niveau critique et qui pointe du doigt les inégalités sociales qui se creusent de plus en plus.

Des records reluisants

En matière d’indicateurs économiques, il faut croire que les États-Unis battent tous les records. En effet, il suffit de voir la croissance du produit intérieur brut du pays qui a atteint les 4,2% pour s’en rendre compte.

Mais ce n’est pas l’unique performance enregistrée si l’on tient compte du surcroît enregistré auprès du Dow Jones (indice boursier de New York) qui a atteint le seuil des 40% en l’espace de deux ans et les 19% pour cette année. En chiffre, il s’agit d’un nouvel exploit qui pourrait bien atteindre les 800 milliards de dollars d’ici décembre 2018. Soit 280 milliards de plus qu’en 2017 au profit des entreprises américaines.

La hausse du salaire nominal estimée à 3,3% est également à prendre en compte. Quant à la croissance de l’économie, les spécialistes du domaine estiment qu’elle pourrait bien atteindre les 3% avant 2019 si elle peinait à toucher la barre de 1,6% deux ans plus tôt et 2,2% en 2017.

Le revers de la médaille

Ces performances sont certainement plus qu’encourageantes, mais une médaille ne peut se séparer de son revers.

En effet, d’après les économistes, la tendance haussière de la croissance économique actuelle des États-Unis pourrait bien être que passagère pour se retrouver à un niveau critique dans un proche avenir pour diverses raisons :

  • La chute des recettes fiscales (un tiers) ;
  • L’explosion du déficit budgétaire (-5% du PIB) ;
  • L’accroissement de la dette publique qui dépasse de 106% le PIB.

En matière d’endettement, les ménages américains sont actuellement plus endettés que jamais en totalisant 13 000 milliards de dollars contre 12 680 milliards de dollars peu de temps avant la crise des « subprimes ». De plus, la population n’hésite pas à recourir à un rachat de crédits pour accéder à un prêt étudiant ou automobile qui a respectivement atteint un point culminant de 1 410 et 1 240 milliards de dollars. Autant d’indices qui ne font que démontrer une réalité morose.

S’ajoutant à cela, l’écart social entre foyers riches et modestes qui se creuse de plus en plus. Et ce, pour permettre aux millionnaires et aux milliardaires de tripler leurs revenus. D’ailleurs, la politique fiscale actuelle des USA ne fait qu’attiser cette tendance.

L’inflation est également au rendez-vous. Et d’après la Réserve fédérale (FED), la hausse des prix a, pour la toute première fois depuis 2012, dépassé le seuil d’alerte des 2% pour atteindre les 2 ,25%.

appel gratuit 0 800 250 300