Left Menu
numéro meilleurtauxsolution

Les conseils pratiques lors d’un rachat de prêt

Etude de rachat immobilier

Les demandes de regroupement ou de rachat de prêts s’amoncèlent, dès lors qu’une baisse des taux d’intérêt est annoncée. Certains acteurs du secteur profitent de la situation, en mettant en œuvre des pratiques peu plausibles visant à porter préjudice aux emprunteurs. Heureusement, il suffit d’un bon choix de professionnels pour éviter bien des mauvaises surprises.

La conjoncture de baisse des taux d’intérêt donne lieu à une grande affluence vers le regroupement ou le rachat de prêts. Une tendance qui incite certains acteurs à développer des pratiques peu orthodoxes, voire frauduleuses.

En effet, de plus en plus d’IOB ont tendance à gonfler les frais de l’opération. Nombre de notaires exigent quant à eux des émoluments, en étant sollicités pour ce type d’opération dans le cadre de l’immobilier.

Pour se mettre à l’abri de toute forme d’arnaque, il suffit de faire un bon choix de professionnel dédié. Le montage a ainsi toutes ses chances d’aboutir dans les meilleures conditions possibles.

Voir plus clair dans les frais liés à un rachat de prêt

En 2016, les crédits immobiliers ont été associés à des taux d’intérêtexceptionnellement bas. Les conditions de financement ont aussi été assouplies. Cette conjoncture plus que favorable a incité de nombreux emprunteurs à renégocier leur taux auprès de leur banque. Ils ont demandé soit un regroupement, soit un rachat de prêts.

L’un et l’autre impliquent de solder le crédit en cours.La vigilance est alors de mise quant aux frais occasionnés.Parmi ceux-ci figurent les IRA (Indemnités de remboursement anticipé), lesquels ne doivent pas excéder 3 % du capital restant dû.

En cas de rachat de prêt immobilier hypothécaire,il faut aussi recourir au service d’un notaire. Cet officier ministériel est effectivement le seul habilité à opérer une levée d’hypothèque, en faisant un appel de fonds auprès de la banque.

Néanmoins, l’emprunteur n’est pas tenu de lui verser des émoluments. De même, conformément à la loi Murcef, il peut se garder de s’acquitter de frais de dossier à la banque ou l’IOB (Intermédiaire en opérations de banque), avant la signature du nouveau contrat de prêt.

Bien choisir l’IOB

Un bon choix de l’IOB constitue le garant d’un rachat de crédit en bonne et due forme. La certification ISO 9001 fait ici partie des critères de sélection. Elle n’est effectivement attribuée qu’à une institution sérieuse et reconnue pour la qualité de ses services.

Au besoin et suivant le profil de l’emprunteur, un IOB ainsi certifié est à même de monter un rachat agrémenté d’un projet supplémentaire (financement d’une rénovation, achat d’une voiture, résidence secondaire). Ce professionnel veilleraalors à l’adéquation de cette trésorerie supplémentaire avec les revenus de l’emprunteur.

En revanche, dans un contexte de rude concurrence, il sera difficile de trouver un IOB n’exigeant pas un dossier formé de pièces originales. Il s’assure ainsi que l’emprunteur ne puisse plus contacter d’autres établissements.

appel gratuit 0 800 250 300