Left Menu

Les mesures socio-fiscales sur le pouvoir d’achat n’auront d’impact qu’en 2019

calculatrice, monnaie euro

À l’heure où le pouvoir d’achat est au cœur de l’actualité, notamment depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, différents organismes tentent d’y apporter plus de lumière en initiant des enquêtes. L’observatoire français des conjonctures économiques est l’un d’eux. C’est aussi le cas de l’institut national de la statistique et des études économiques.

La hausse constante du coût de la vie est l’un des principaux facteurs incitant les Gilets Jaunes, pour ne pas dire, les Français à hausser le ton. Ces derniers estiment, en effet, que le gouvernement actuel peine à contenir la situation.

C’est dans cette optique que l’INSEE et l’OFCE ont aiguillé leur investigation. Le premier s’est concentré sur l’évolution des dépenses des ménages sur une période établie tandis que le second table sur les mesures adoptées par l’État durant le quinquennat de Macron quant au redressement du pouvoir d’achat.

Il en ressort que l’inflation ne date pas d’hier et qu’elle affiche une tendance croissante depuis plus d’un demi-siècle. Quant à la capacité à l’acquisition, les foyers devraient patienter jusqu’en 2019 pour espérer une légère croissance.

Une inflation qui ne date pas d’hier

Les contextes actuels veulent que ce soit le gouvernement sous le quinquennat d’Emmanuel Macron qui est pointé du doigt en ce qui concerne la hausse du coût de la vie. Mais d’après l’INSEE ou Institut national de la statistique et des études économiques, cette tendance ne date pas d’hier.

En effet, cette institution s’est concentrée sur l’évolution de l’inflation entre 1960 et 2017 pour parvenir à cette conclusion en regardant de près les dépenses contraintes telles que les assurances, le téléphone, le gaz, le logement ou encore l’électricité.

Ainsi, 58 ans passés, ces obligations représentaient 12% du budget des ménages pour se retrouver à 30% l’année dernière en notant que les coûts liés aux déplacements sont passés de 3% à 14% si ceux du carburant a atteint 25%.

La situation est d’autant plus alarmante pour les foyers les plus défavorisés puisque cet accroissement a touché la barre des 61%.

Un impact tardif

Pour sa part, l’observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a aiguillé ses études sur les impacts des mesures socio-fiscales adoptées par l’exécutif sous Macron. Entre autres :

  • La baisse de la taxe d'habitation ;
  • La suppression des cotisations salariales ;
  • La hausse de la CSG ;
  • La suppression de l'ISF, plus généralement la baisse de la fiscalité directe (- 9,4 milliards d'euros)

Et d’après cet organisme, ces dispositifs auraient sûrement de l’impact positif, mais pas pour 2018. À l’OFCE de préciser :

Au total, les mesures soutiendront le pouvoir d'achat des ménages à hauteur de 3.5 milliards d'euros en 2019.

L’enseigne tient également à prévenir que :

Les réformes pourraient susciter des gagnants et des perdants l'an prochain.

Ce qui implique que certains foyers demeureront encore sous le joug de l’inflation. Et pour s’en sortir, ils ne pourront compter que sur différents artifices tels que l’emprunt, le regroupement de crédits ou autres ressources financières pour améliorer leur pouvoir d’achat.

appel gratuit 0 800 250 300